JABOTINSKI LEONID (1938-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Haltérophile soviétique, Leonid Jabotinski, colosse de 165 kg au meilleur de sa forme, remporta deux médailles d'or aux jeux Olympiques (1964, 1968), améliora dix-sept records du monde, portant en 1967 le total aux trois mouvements à 590 kg, et fut deux fois champion du monde. Sa rivalité avec son compatriote Iouri Vlassov, notamment aux Jeux de T̄okȳo en 1964, marqua l'histoire de ce sport.

Leonid Ivanovitch Jabotinski (ou Zhabotinsky) est né le 28 janvier 1938 à Uspenska, en Ukraine (URSS), dans une famille cosaque. Cet haltérophile poids lourd obtient son premier résultat intéressant en 1961 : il se classe deuxième du Championnat d'URSS, derrière Iouri Vlassov ; il sera de nouveau deuxième de ce championnat national, devancé à chaque fois par Vlassov, en 1962 et en 1963.

À l'occasion des Jeux de T̄okȳo, en 1964, Iouri Vlassov, tenant du titre, demeure le favori, mais Leonid Jabotinski semble pouvoir lui tenir la dragée haute. De fait, les deux Soviétiques proposent un duel somptueux. Vlassov bat d'abord le record du monde du développé (197,5 kg), alors que Jabotinski en reste à 187,5 kg ; à l'arraché, Jabotinski soulève 167,5 kg, Vlassov 162,5 kg. Le dénouement, à l'épaulé-jeté, est à la fois magnifique et polémique. Iouri Vlassov soulève 210 kg : avec un total de 570 kg, il semble tenir la médaille d'or, d'autant que Jabotinski paraît résigné. Jabotinski, pourtant réputé pour sa volonté de fer et sa soif de victoires, fait mine d'admettre sa défaite bien qu'il ait le droit d'effectuer encore un essai : il s'agit en réalité d'un stratagème et, contrairement à ce que pensaient Vlassov et les autres concurrents, Jabotinski se présente une dernière fois sur le plateau, demande une barre de 217,5 kg, ce qui constituerait le record du monde... et parvient à la soulever ! Vlassov est à la fois dépité et en colère ; Jabotinski, qui réalise donc 572,5 kg (record olympique) aux trois mouvements, est enfin parvenu à vaincre son rival. Néanmoins, personne ne peut affirmer que ce succès est une bonne chose pour l'haltérophilie : Vlassov est certes un athlète massif (136 kg), mais bien proportionné ; Jabotinski accuse quant à lui 154 kg sur la balance en 1964, et son triomphe à T̄okȳo ouvre la voie à plusieurs générations de poids lourds au physique disgracieux, dont son compatriote Vassili Alexeïev sera, dans les années 1970, la caricature.

Iouri Vlassov prend sa retraite sportive après les Jeux de T̄okȳo et Leonid Jabotinski règne dès lors en maître sur la catégorie des poids lourds. Il multiplie les records, est champion du monde en 1965 et en 1966, se présente en grand favori aux jeux Olympiques de Mexico en 1968, où il est le porte-drapeau de la délégation soviétique. En réalisant le même total qu'en 1964 (572,5 kg), il obtient facilement une seconde médaille d'or, ses dauphins, le Belge Serge Reding et l'Américain Joseph Dube, ne faisant pas mieux que 555 kg. Jabotinski est une dernière fois champion d'URSS, en 1969. Mais, dès 1970, l'heure de Vassili Alexeïev, qui lui succède au palmarès, est venue...

Leonid Jabotinski meurt le 14 janvier 2016 à Zaporijia (Ukraine).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« JABOTINSKI LEONID - (1938-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leonid-jabotinski/