VALADE LÉON (1841-1884)

Poète d'inspiration à la fois parnassienne et « fantaisiste » (L'Affaire Arlequin, triolets, 1882), Léon Valade est surtout l'ami de Coppée, de Verlaine et fréquente la bohème littéraire. On a de lui, outre ses recueils de vers, quelques comédies inspirées par la vie de Molière, ainsi qu'une traduction de l'Intermezzo de Henri Heine.

—  Claude BURGELIN

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Classification

Autres références

«  VALADE LÉON (1841-1884)  » est également traité dans :

PARNASSE, mouvement littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre FLOTTES
  •  • 2 524 mots

Dans le chapitre « Les intimistes »  : […] Les intimistes riment de la prose et se complaisent aux tableaux exigus et soignés. Eux aussi procèdent d'un certain romantisme, par Sainte-Beuve. François Coppée (1842-1908) est un petit bourgeois parisien, malicieux et charitable, dont on raillait, chez Leconte de Lisle même, la muse sans ailes et moralisante. Albert Mérat (1840-1909) ne vise pas plus haut : il rase les collines, la fleur des p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude BURGELIN, « VALADE LÉON - (1841-1884) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-valade/