LEMMING

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit rongeur au corps ramassé, aux membres courts, peuplant les toundras, les taïgas, les forêts de conifères et autres biotopes enneigés du nord de l'Amérique du Nord et de l'Eurasie. Classe : Mammifères ; ordre : Rongeurs ; famille : Muridés.

Les lemmings, représentés par une dizaine d'espèces dont le lemming à collier, le lemming des bois, le lemming commun..., ont une tête trapue, des yeux et des oreilles petits, et une queue courte. La couleur de leur pelage varie en fonction de l'espèce mais, pour beaucoup, elle prend une teinte blanchâtre l'hiver après une mue automnale. Les lemmings mesurent 10 centimètres de longueur et pèsent entre 20 et 100 grammes selon les saisons. Leur espérance de vie ne dépasse guère un an et demi.

Le lemming des neiges (Dicrostonyx torquatus) possède une énorme griffe supplémentaire, qui pousse sur les troisièmes ou quatrièmes doigts à la fin de l'automne et qui tombera au printemps. Celle-ci lui permet de creuser des tunnels dans la glace.

Les lemmings se nourrissent de bulbes, de racines, d'herbes séchées et d'écorces en hiver, d'herbes et de feuilles en été.

Ces animaux se reproduisent toute l'année et peuvent avoir six ou sept portées par an. L'hiver, ils construisent des nids dans leurs galeries sous la neige ; ils sont alors à l'abri des prédateurs tels que les corbeaux, les chouettes harfangs ou autres oiseaux de proie. Le temps de gestation est de trois semaines. Les jeunes (de trois à huit en moyenne), qui naissent nus et aveugles, seront sevrés au bout de trois semaines.

Les lemmings sont plutôt solitaires. Périodiquement, de brusques accroissements de population surviennent, particulièrement lors des hivers sans gel entraînant d'importantes migrations. Au début, les départs semblent se faire dans le désordre le plus total mais rapidement les individus se rejoignent et forment de véritables troupes. Cette concentration d'animaux provoque un stress intense suivi de paniques, de bagarres et de phénomènes d'épuisement. Ces exodes massifs se terminent généralement par de grandes épidémies, des famines ou des noyades dans les lacs, les cours d'eau ou les fjords, puis la population résiduelle retrouve un comportement normal. Longtemps interprétés comme des suicides collectifs, ces phénomènes de régulation sont en fait cycliques et naturels.

—  Marie-Claude BOMSEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEMMING  » est également traité dans :

RONGEURS ET LAGOMORPHES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 2 880 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les Myomorphes »  : […] C'est dans le sous-ordre des Myomorphes que l'on rencontre les formes les plus communes, les plus cosmopolites et souvent aussi les plus nuisibles pour l'homme. Les Myomorphes semblent dériver d'un ancêtre du groupe souche des Sciuravidés, rongeurs nord-américains apparaissant à l'Éocène inférieur et disparaissant à l'Oligocène. Les Sciuravidés seraient également la souche des Cylindrodontidés, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rongeurs-et-lagomorphes/#i_41043

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « LEMMING », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lemming/