LÉGION ÉTRANGÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1830, voulant éviter qu'à l'avenir le souverain puisse disposer à sa guise d'une force armée indépendante de la nation, les hommes qui avaient porté Louis-Philippe sur le trône firent ajouter à la Charte constitutionnelle la phrase suivante : « Toutefois aucune troupe étrangère ne pourra être admise au service de l'État qu'en vertu d'une loi ». Les régiments suisses et les étrangers servant dans le régiment de Hohenlohe furent donc licenciés. Dans le même temps, la France accueillait des milliers de réfugiés politiques que l'État devait faire vivre. Pour réduire les frais d'entretien, le gouvernement fut autorisé, par la loi du 9 mars 1831, à lever une légion étrangère. En 1835, elle était cédée à l'Espagne, et peu après recréée pour participer à la conquête de l'Algérie. Depuis 1836, les missions ont changé ; les effectifs ont varié de 3 000 (1862 et 1872-1880) à 35 000 hommes (1940 et 1952) et 40 000 (1960) pour retomber à 7 500 hommes en 1980 et à 8 200 en 2007 ; mais l'existence de la Légion n'a jamais été sérieusement menacée.

Autour de Français espérant y vivre des expériences exceptionnelles ou désirant racheter un passé douteux, la légion a regroupé des hommes en quête d'aventures et des victimes de toutes les crises politiques ou économiques qui ont ébranlé le monde depuis 1831. Par leur nombre, certaines d'entre elles ont caractérisé le recrutement de leur temps : Allemands, Italiens et Polonais (1831-1835), Alsaciens-Lorrains (1872-1890), Allemands et Russes blancs (1919-1930), Espagnols républicains (1938-1940), réfugiés d'Europe centrale (1940), Allemands (1945-1954) et Britanniques après la guerre des Malouines (1982).

En règle générale, les engagements sont souscrits à titre étranger, sans que le candidat soit tenu de justifier de son identité. S'il déclare un faux état civil, il sera couvert par l'anonymat : aussi longtemps que sa présence à la Légion ne sera dévoilée, ni de son fait ni du fait d'un tiers, il sera protégé contre toute intervention extérieure relative à son passé. Après un certain temps de service, il peut, s'il le désire, reprendr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Les derniers événements

5 février - 3 mars 1982 • France • Nouveau statut pour la Corse et regain de violence autonomiste

des équipements touristiques et des gendarmeries. À Sorbo-Ocagnano (Haute-Corse), un commando attaque un camp de repos de la Légion étrangère gardé par deux légionnaires sans armes : l'un d'eux est tué et l'autre grièvement blessé. Un autre militaire est blessé. Le F.L.N.C. revendique ces actions [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUTAILLY, « LÉGION ÉTRANGÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/legion-etrangere/