LEE TENG-HUI (1923-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de Taïwan de 1988 à 2000.

Né le 15 janvier 1923 près de Tan-shui (Taïwan), Lee Teng-hui fait ses études à l'université de Kyōto, au Japon, et à l'université nationale de Taïwan, où il obtient sa licence en 1948. Il étudie ensuite aux États-Unis, où il décroche une maîtrise d'économie agricole à l'université d'État de l'Iowa en 1953, puis un doctorat à l'université Cornell en 1968. Il enseigne ensuite l'économie à l'université nationale de Taïwan et à l'université nationale Chengchi de 1958 à 1978. Membre de la commission mixte sur la reconstruction rurale de l'île, Lee Teng-hui améliore le développement agricole de celle-ci en encourageant la création de coopératives, l'irrigation et la mécanisation de l'agriculture et en soutenant la loi de développement agricole, qui rééquilibre l'essor de ce secteur et celui de l'industrie. Élu maire de Taipei en 1978, il est gouverneur de la province de Taïwan de 1981 à 1984, avant d'en être nommé vice-président en 1984 par le président Chiang Ching-kuo. À la mort de ce dernier, en 1988, Lee Teng-hui devient le président de Taïwan et le chef par intérim du Guomindang (GMD). Officiellement élu à la tête du parti quelques mois plus tard, il voit son mandat présidentiel confirmé par une écrasante majorité de députés en 1990. Premier président né sur l'île, Lee Teng-hui est aussi, en 1996, le premier à être élu au suffrage universel direct.

Durant sa présidence, Lee Teng-hui s'efforce de démocratiser le système politique taïwanais. Optant pour une diplomatie conciliante envers la Chine, il diminue les restrictions aux déplacements et aux échanges commerciaux entre les deux pays. La Chine se méfie néanmoins de lui, persuadée qu'il est favorable à l'indépendance de l'île. En 1995, elle suspend ainsi les négociations avec Taïwan après une visite privée de Lee Teng-hui aux États-Unis. Malgré la réouverture du dialogue en 1998, les tensions persistent, surtout lorsque Lee Teng-hui annonce en 1999 que les deux pays devraient entretenir des relations inter-étatiques particulières, sous-entendant l'indépendance prochaine de Taïwan.

Lee Teng-hui se retire de la politique à la fin de son second mandat, en 2000, lorsque le GMD perd pour la première fois le pouvoir à Taïwan. Il meurt à Taipei le 30 juillet 2020.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  LEE TENG-HUI (1923-2020)  » est également traité dans :

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 909 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les années Lee Teng-hui »  : […] Après 1993, les années Lee Teng-hui (1988-2000) sont essentiellement marquées par une politique menée au centre et, malgré une compétition électorale féroce, par un compromis de fait entre le K.M.T. et le D.P.P. sur le recentrage des politiques de l’État sur Taïwan, la démocratisation des institutions du pays, y compris la police et l’armée, et, graduellement, la mise sous le boisseau de l’objec […] Lire la suite

Les derniers événements

16 avril 2021 Chine. Condamnation de dix militants prodémocratie hongkongais.

Lee Cheuk-yan, Cyd Ho Sau-lan et Au Nok-hin. Cinq autres accusés, l’avocat et fondateur du Parti démocrate Martin Lee, les avocats Margaret Ng Ngoi-yee et Albert Ho Chun-yan, ainsi que l’ancien président du Parti démocrate Yeung Sum et l’ancien député Leung Yiu-chung, sont condamnés à des peines de prison avec sursis. Ces condamnations de manifestants […] Lire la suite

18 janvier 2021 Corée du Sud. Condamnation du président de Samsung.

Lee Jae-yong à deux ans et demi de prison pour corruption et détournement de fonds. Celui-ci avait pris la tête du fabricant de produits électroniques en octobre 2020, à la mort de son père Lee Kun-hee. En août 2017, Lee Jae-yong, alors vice-président du groupe, avait été condamné une première fois à cinq ans de prison dans cette même affaire qui avait […] Lire la suite

11-13 novembre 2020 Royaume-Uni. Départ de deux conseillers du Premier ministre Boris Johnson.

Lee Cain, annonce sa démission. Sa nomination pressentie comme chef de cabinet du Premier ministre était dénoncée par divers membres du gouvernement et du groupe parlementaire tory. Le 13, Dominic Cummings, principal conseiller du Premier ministre et directeur de la campagne référendaire en faveur du Brexit en 2016, quitte à son tour Downing Street […] Lire la suite

10 juillet 2020 Singapour. Élections législatives.

Lee Hsien Loong, au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1959, domine les élections législatives avec 61,2 p. 100 des suffrages et 83 sièges sur 95. Le Parti des travailleurs de Pritam Singh obtient 11,2 p. 100 des voix et 10 élus, et le nouveau Parti du progrès de Tan Cheng Bock, 10,2 p. 100 des suffrages et 2 députés. Le taux de participation […] Lire la suite

15 avril 2020 Corée du Sud. Élections législatives.

Lee Nak-yeon, ancien Premier ministre du président Moon, Hwang Kyo-ahn démissionne de ses fonctions. Moon Jae-in engrange le bénéfice de sa gestion de la pandémie de Covid-19, centrée sur une campagne de test massive et un traçage de la contamination, et qui n’a causé la mort que d’environ deux cent vingt personnes dans le pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LEE TENG-HUI (1923-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-teng-hui-1923/