LEE TENG-HUI (1923- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de Taïwan de 1988 à 2000.

Né le 15 janvier 1923 près de Tan-shui (Taïwan), Lee Teng-hui fait ses études à l'université de Kyoto, au Japon, et à l'université nationale de Taïwan, où il obtient sa licence en 1948. Il étudie ensuite aux États-Unis, où il décroche une maîtrise d'économie agricole à l'université d'État de l'Iowa en 1953, puis un doctorat à l'université Cornell en 1968. Il enseigne ensuite l'économie à l'université nationale de Taïwan et à l'université nationale Chengchi de 1958 à 1978. Membre de la commission mixte sur la reconstruction rurale de l'île, Lee Teng-hui améliore le développement agricole de celle-ci en encourageant la création de coopératives, l'irrigation et la mécanisation de l'agriculture et en soutenant la loi de développement agricole, qui rééquilibre l'essor de ce secteur et celui de l'industrie. Élu maire de Taipei en 1978, il devient gouverneur de la province de Taïwan de 1981 à 1984, avant d'en être nommé vice-président en 1984 par le président Chiang Ching-kuo. À la mort de ce dernier, en 1988, Lee Teng-hui devient le président de Taïwan et le chef par intérim du Guomindang (G.M.D.). Officiellement élu à la tête du parti quelques mois plus tard, il voit son mandat présidentiel confirmé par une écrasante majorité de députés en 1990. Premier président né sur l'île, Lee Teng-hui est aussi, en 1996, le premier à être élu au suffrage universel direct.

Durant sa présidence, Lee Teng-hui s'efforce de démocratiser le système politique taïwanais. Optant pour une diplomatie conciliante envers la Chine, il diminue les restrictions aux déplacements et aux échanges commerciaux entre les deux pays. La Chine se méfie néanmoins de lui, persuadée qu'il est favorable à l'indépendance de l'île. En 1995, elle suspend ainsi les négociations avec Taïwan après une visite privée de Lee Teng-hui aux États-Unis. Malgré la réouverture du dialogue en 1998, les tensions persistent, surtout lorsque Lee Teng-hui annonce en 1999 que les deux pays devraient entretenir des relations inter-étatiques particulières, sous-entendant l'indépendance prochaine de Taïwan.

Lee Teng-hui se retire de la politique à la fin de son second mandat, en 2000, lorsque le G.M.D. perd pour la première fois le pouvoir à Taïwan.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LEE TENG-HUI (1923- )  » est également traité dans :

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 329 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les années Lee Teng-hui »  : […] Après 1993, les années Lee Teng-hui (1988-2000) sont essentiellement marquées par une politique menée au centre et, malgré une compétition électorale féroce, par un compromis de fait entre le K.M.T. et le D.P.P. sur le recentrage des politiques de l’État sur Taïwan, la démocratisation des institutions du pays, y compris la police et l’armée, et, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taiwan-t-ai-wan/#i_96937

Pour citer l’article

« LEE TENG-HUI (1923- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-teng-hui-1923/