LE MAÎTRE ET MARGUERITE, Mikhaïl BoulgakovFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Maître et Marguerite est le dernier roman de Boulgakov (1891-1940), et son chef-d'œuvre. Écrit de 1928 à 1940, il ne vit le jour que plus d'un quart de siècle après la mort de son auteur. Sa parution en 1966-1967 dans la revue Moskva, à une époque où se trouvaient déçus les espoirs suscités par le dégel, constitua un événement. Ce roman fantastique tour à tour grave et cocasse, qui affirme le triomphe de l'art sur la tyrannie, est devenu en Russie un livre culte. Traduit en de nombreuses langues, il a été à plusieurs reprises adapté pour la scène, transposé en opéra et porté à l'écran (A. Petrovic, Le Maître et Marguerite, 1972).

« Roman sur le diable » et roman de l’artiste

Tout d'abord conçu comme une œuvre satirique, ce « roman sur le diable » s'est doublé, au cours d'une genèse mouvementée (Boulgakov, accablé par l'interdiction de ses autres œuvres et par les attaques de la critique officielle, détruisit une bonne partie de la première version), d'un roman de l'artiste, d'où sa structure tout à fait originale. La narration se déroule donc sur deux plans qui finissent par converger.

L'action principale se passe au printemps à Moscou, à une époque non précisée qui tient à la fois des années 1920 et 1930. Dans un jardin public, un influent directeur de revue et un jeune poète prolétarien discutent du poème antireligieux écrit par ce dernier : au lieu de montrer que Jésus n'a jamais existé, le poète a eu le tort de le dépeindre « parfaitement vivant », bien que fort peu sympathique. Un mystérieux étranger vient se mêler à la conversation. En guise de démenti à ce qui vient d’être dit, il entreprend un récit qui nous transporte vingt siècles plus tôt à Jérusalem. Là, nous assistons à l’interrogatoire et à la condamnation d'un certain Yeshoua, « philosophe errant », par Ponce Pilate. Au terme du récit, les deux littérateurs croient avoir rêvé. Soutenant l'idée que l'homme n'est pas maître de son destin, l'étranger, qui se présente comme le professeur Woland, spécia [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : Agrégée de russe, docteur en études slaves, maître de conférences de russe à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LE MAÎTRE ET MARGUERITE, Mikhaïl Boulgakov  » est également traité dans :

BOULGAKOV MIKHAÏL AFANASSIÉVITCH (1891-1940)

  • Écrit par 
  • Françoise FLAMANT
  •  • 2 770 mots

Dans le chapitre « Une œuvre surveillée, censurée, ensevelie »  : […] commencé en 1937 et laissé inachevé, sur les démêlés tragi-comiques d'un dramaturge débutant avec un théâtre célèbre –, enfin Le Maître et Marguerite, commencé en 1928-1929, inlassablement poursuivi et remanié pendant plus de dix ans, couronnement de toute son œuvre, que sa densité de sens et son intrigue très élaborée n'empêchent pas d'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-afanassievitch-boulgakov/#i_25272

LE MAÎTRE ET MARGUERITE (K. Lupa)

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 015 mots

CRISIS » : le mot est gribouillé, parmi des dessins sauvagement enfantins, sur le mur de la chambre d'asile où l'écrivain Biezdomny est interné depuis qu'un vendredi de Pâques il a vu son collègue Berlioz décapité par un tramway, comme l'avait prédit un étrange professeur allemand, Woland, avec lequel tous deux venaient de discuter de l'existence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-maitre-et-marguerite/#i_25272

Pour citer l’article

Laure TROUBETZKOY, « LE MAÎTRE ET MARGUERITE, Mikhaïl Boulgakov - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-maitre-et-marguerite-mikhail-boulgakov/