LAUZUN ANTONIN NOMPAR DE CAUMONT comte puis duc de (1633-1723)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Bruyère, qui fit le portrait du duc de Lauzun sous le nom de Staton, écrivait : « Sa vie est un roman. » De Louis XIII à Louis XV, selon le duc de La Force qui lui consacra un livre paru en 1914, il fut « le témoin du Grand Siècle [...] dans l'entourage intime du roi ». Lauzun reçut une éducation militaire de gentilhomme et, capitaine au régiment de Grammont, colonel des dragons, il se fit remarquer par Turenne à la bataille des Dunes. Il accompagna Louis XIV à Saint-Jean-de-Luz pour le mariage du roi. Homme de Cour, homme de guerre, il devint maréchal de camp et favori de Louis XIV. Il crut alors que tout lui était permis et alla jusqu'à vouloir disputer au roi la conquête de Mme de Valentinois, ce qui lui valut de tâter de la Bastille une première fois. Il y retourna une seconde fois, après avoir vaillamment participé à la guerre de Dévolution, pour s'être mis en colère en présence du roi qui refusait obstinément de lui donner une charge à laquelle il prétendait. C'est à cette époque qu'il s'embusqua sous le lit du roi et de Mme de Montespan pour écouter leur conversation. Devenu capitaine des gardes en 1669, il est au sommet de sa gloire. Vint alors l'extravagant projet de mariage conçu et réalisé par Mlle de Montpensier, la Grande Mademoiselle, cousine du roi, qui était si éprise de ce gentilhomme qu'elle voulait en faire un prince. Les intrigues de la Cour, de la famille royale, de Mme de Montespan emportèrent la décision du roi, qui, au début, n'était pas défavorable à cette équipée romanesque. Lauzun prit le chemin de la citadelle de Pignerol, où il retrouva Fouquet, « locataire » du lieu depuis dix ans, et Mademoiselle fut inconsolable. Entré en 1671, il n'en sortit qu'en 1681 ; l'homme de Cour supporta très mal l'incarcération, tenta en vain de s'évader, multiplia les crises de révolte et d'exaltation mystique, mais ne craignit jamais de s'humilier dans des lettres interminables envoyées au roi et à son ministre de la Guerre. Libéré, il fut accueilli très froidement à la Cour, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « LAUZUN ANTONIN NOMPAR DE CAUMONT comte puis duc de (1633-1723) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lauzun-antonin-nompar-de-caumont-comte-puis-duc-de/