GOUVION-SAINT-CYR LAURENT marquis de (1764-1830)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maréchal de France, né le 13 avril 1764 à Toul, mort le 17 mars 1830 à Hyères.

Après des études dans le domaine des arts, le marquis Laurent de Gouvion-Saint-Cyr s'engage en 1792 comme volontaire dans les armées de la Révolution française. Il doit à sa conduite héroïque lors des batailles de Mayence et de Mannheim (Allemagne) en 1795 d'être promu au rang de général. Il sert ensuite en Égypte et en Italie, avant de se distinguer au cours des guerres napoléoniennes (1800-1815). En 1801, nommé ambassadeur à Madrid par Napoléon Bonaparte, Gouvion-Saint-Cyr dirige, dans la péninsule Ibérique, la longue et infructueuse campagne contre le Portugal avec le soutien de l'Espagne. Il participe à la campagne de Russie en 1812 et sa victoire à la première bataille de Polotsk (18 août 1812) lui vaut un bâton de maréchal. En 1813, chargé de défendre Dresde, il finit par capituler et se retire de son propre chef des affaires militaires et politiques pendant pratiquement deux ans.

Gouvion-Saint-Cyr est fait ministre de la Guerre par le roi Louis XVIII à deux reprises – en 1815, puis en 1817 jusqu'en 1819. Bien que les services rendus à la République et à l'Empire aient entamé son crédit auprès du parti royaliste réactionnaire des ultras, Gouvion-Saint-Cyr met en œuvre, pendant son second mandat, un vaste programme de réforme de l'armée française : intégration des anciens officiers napoléoniens dans le cadre de réserve, incitations à l'enrôlement, rationalisation des modalités d'avancement, instauration du tirage au sort pour remplir les contingents. Il est contraint de démissionner quand le cabinet libéral tombe sous la pression des ultras. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques, dont Mémoires sur les campagnes des armées du Rhin et de Rhin-et-Moselle de 1792 jusqu'à la paix de Campo Formio (1829).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GOUVION-SAINT-CYR LAURENT marquis de (1764-1830)  » est également traité dans :

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts du régime et l'expérience libérale (1815-1820) »  : […] La crise des Cent-Jours avait aggravé la situation de Louis XVIII. Les Alliés vainqueurs s'interrogèrent même sur une nouvelle restauration des Bourbons et imposèrent des conditions de paix très dures, le contrôle des actes du gouvernement par un comité des ambassadeurs des quatre grandes puissances s'ajoutant à une occupation partielle du territoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_39646

Pour citer l’article

« GOUVION-SAINT-CYR LAURENT marquis de (1764-1830) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-gouvion-saint-cyr/