LAP JEAN LAPLAINE dit (1922-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean Laplaine, dit Lap, fut l'un des personnages les plus représentatifs de la continuité caricaturale propre au Canard enchaîné. Il naquit à Joigny en 1922. Après avoir participé activement à la Résistance, il collabora au quotidien Combat. En 1946, il fit son entrée au Canard enchaîné qu'il ne devait plus quitter. À cette époque existait au journal un style caricatural qui avait été élaboré par Jean Effel, Grove, Provost, Henri Monier, Paul Ferjac... Ces artistes avaient, tout en conservant leur originalité, mis au point une manière dépouillée, incisive, populaire qui s'inscrivait dans le droit-fil de la tradition du dessin satirique français. Lap devait exceller dans ce graphisme aussi concis et frappant que l'était le pseudonyme en forme de coup de fouet qu'il s'était choisi en réduisant son nom à une seule syllabe. D'emblée, il fait œuvre de continuateur en prenant en charge le symbolisme particulier du journal : on ne compte plus ses représentations des « canards » qu'avait créés Henri Guilac.

Il savait donner une image très ressemblante des personnages politiques du temps : de Gaulle – dessins qui lui valurent de figurer en bonne place dans l'anthologie De Gaulle et la caricature internationale (Albin Michel, 1969) au côté de son ami Moisan, orfèvre en la matière –, Giscard qu'il émacia à l'extrême, Mitterrand, dont il exagéra la dentition, etc.

Il appartenait à cette lignée de dessinateurs pour qui la caricature devait être immédiatement lisible et, en dépit de sa férocité, demeurer agréable à regarder. En cela, il peut être considéré comme un disciple d'Effel, caricaturiste qui, malgré ses choix idéologiques, conserva jusqu'à la fin de sa vie un esprit bucolique. Les premiers dessins de Lap sont, de toute évidence, marqués par l'esprit de son aîné qui fut, avant la guerre, le collaborateur le plus éminent du Canard enchaîné. Comme lui, il a une vision « réductrice » des personnalités politiques, attitude qui, par la suite, a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

Liberia. Élection du général Samuel K. Doe à la présidence de la République. 15 octobre 1985

Le général Samuel K. Doe, au pouvoir depuis le coup d'État militaire d'avril 1980, organise des élections destinées à marquer le retour à un régime démocratique. Samuel K. Doe, chef du National Democratic Party of Liberia (N.D.P.L.), est élu président de la République avec 51,05 p. 100 des suffrages exprimés. Son principal rival, Jackson Doe, du Liberia Action Party (L.A.P.), recueille 26,39 p. 10 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « LAP JEAN LAPLAINE dit (1922-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lap/