MALAYĀḶAM LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le malayāḷam, langue officielle du Kēraḷa, est parlé aussi aux îles Laquedives, ainsi que par les minorités malayāli du Sud-Est asiatique, soit environ 34 millions de locuteurs. Langue dravidienne, elle est si proche du tamoul malgré des divergences phonétiques, morphologiques ou sémantiques profondes, qu'on a conclu parfois à tort à un rapport de filiation entre les deux langues, thèse aujourd'hui rejetée avec d'autant plus de force que le malayāḷam se console mal d'avoir été tributaire du tamoul pour les débuts de son histoire culturelle. Deux influences, sanskrite et tamoule, grèvent la littérature malayāḷam jusqu'au xve siècle ; depuis, l'impact occidental n'a cessé de se manifester. Mais, influençable plus que vulnérable, le malayāḷam a toujours reconquis son originalité sur ses modèles, créant l'une des littératures modernes les plus brillantes de l'Inde, pour la population la plus scolarisée du sous-continent. Le Kēraḷa fascine autant par certaines structures sociales archaïsantes, par son folklore et ses superstitions que par le modernisme révolutionnaire de ses idéologues ou de ses politiciens. Sa littérature exprime tous ses contrastes dans une langue accessible à tout son peuple, ce qui explique son ampleur et sa diffusion.

Un départ incertain

Les inscriptions du ixe au xiiie siècle mêlent encore tamoul et malayāḷam, garantissant l'existence de ce dernier, sans prouver son autonomie littéraire. Celle-ci est certaine dans l'inscription d'Āṛṛūr, de 1251, plus proche de la langue réelle que les œuvres de la même époque, artificiellement tamoulisées ou sanskritisées. Le Līlātilakam (xive s.), traité sanskrit sur la combinaison particulière de malayāḷam et de sanskrit qu'on appelle maṇipravāḷam, définit sous le nom de pāṭṭu un genre parallèle associant malayāḷam et tamoul, représenté par le Rāmacaritam (xiie-xiiie s.), premier Rāmāyaṇa du Kēraḷa. Aux xive et xve siècles, les Chants des Kaṇṇaśśan donnent au malayāḷam sa Gītā, un Mahabhārata et le Rāmāyaṇa de Rāma Paṇikkar, grâce auxquels on mesure le chemin parcouru vers un affranchissement de la langue. Le san [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  MALAYALAM LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

CERA ou CHERA LES (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Roland BRETON
  •  • 521 mots

Nom antique du Kerala et des premières dynasties ayant régné sur cette province de l'Inde, appelée aussi Malabār. C'était l'une des composantes du Trairajiya, c'est-à-dire des « trois-royaumes » tamouls. À la différence des deux autres royaumes, ceux des Cōla et des Pandya, situés sur la façade orientale de l'extrémité de la péninsule, le pays des Cera (ou Chera) ou des fils des Cera (Keralaputra) […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « MALAYĀḶAM LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-malayalam/