L'ATTRAPE-CŒURS, Jerome David SalingerFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'émotion poétique d'un saint urbain

Maudit pour rébellion, maudit pour conformisme, L'Attrape-Cœurs reste néanmoins un livre culte, puissamment émouvant, pour les adolescents de tous âges. Personnage double aux cheveux gris sur un côté, à la casquette retournée, au pardessus réversible, Holden bascule vers l'âge adulte dans une ville en mutation. Le roman tient son titre anglais (The Catcher in the Rye) d'un poème de Robert Burns (1759-1796) que fredonne un enfant en suivant la ligne du caniveau, entre l'asile protecteur du trottoir où marchent ses parents et l'espace périlleux de la chaussée où vrombissent les voitures. Comme lui, Holden arpente la lisière qui sépare l'Éden mythique de l'enfance et le gouffre inquiétant de la maturité. Hanté par le décès prématuré de son jeune frère Allie, Holden se donne pour mission d'« attraper » les enfants qui courent dans le champ de seigle avant qu'ils ne chutent dans l'abîme de la connaissance – la sexualité et la mort. Mais lorsqu'il retourne clandestinement chez lui, il espère à son tour être « attrapé » par ses parents. Mêlant pudeur et forfanterie, l'écriture de Salinger suggère avec délicatesse la douloureuse mue d'une voix-chrysalide, animée par le désir, retenue par la peur.

Dans le poème de Burns, Holden a substitué le verbe attraper au verbe rencontrer : c'est bien la consommation du désir que le protagoniste tente de contourner et d'approcher à la fois, à grand renfort d'effets rhétoriques. Comme l'illustrent ses trébuchements burlesques sur le trottoir, Holden va mais ne veut pas chuter. La parole remplace l'acte lorsqu'il « rencontre » une amie, une inconnue, ou même une prostituée. La progression labyrinthique du discours, associant souvenirs et ressassements, le tressaillement des phrases, alliant ellipses et bégaiements, illustrent encore le balancement de son corps et de sa conscience. Amoureux de la mort, Holden voudrait freiner le temps pour préserver intacte la pureté de son désir. Comme l'urne grecque du poète anglais John Kea [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  L'ATTRAPE-COEURS, Jerome David Salinger  » est également traité dans :

SALINGER JEROME DAVID (1919-2010)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 917 mots

Le silence de Salinger signe sa cohérence ultime : écrire pour le plaisir, écrire pour soi seul – des romans, des cahiers – sans publier, sans accorder d'entretien, sans sacrifier sa vie aux jeux du monde. Tel est le paradoxe de cet écrivain immensément populaire, qui a fait le pari qu'une poignée de personnages – Holden Caulfield, Esmé, Zooey, Seymour ou Daumier-Smith – défendrait à jamais son h […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nathalie COCHOY, « L'ATTRAPE-CŒURS, Jerome David Salinger - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-attrape-coeurs/