KRASNOÏARSK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du territoire administratif homonyme de la fédération de Russie situé en Sibérie orientale (2,3 millions de kilomètres carrés, 2 908 550 hab. au recensement de 2002), Krasnoïarsk, construite sur les deux rives de l'Ienisseï, comptait 920 000 habitants en 2006, alors qu'elle n'en avait que 190 000 en 1939.

La ville, créée sous le nom de Krasnyi Iar en 1628 pour servir de forteresse russe ainsi que de centre de traite des fourrures, devint la capitale des pays de la steppe arborée situés entre la lisière méridionale de la taïga et les monts Saïan ; elle fut à partir de 1822 le siège du « gouvernement » de l'Ienisseï. Mais la population de la cité ne s'accrut rapidement qu'après la mise en exploitation des gîtes aurifères et du désenclavement de la ville par le Transsibérien en 1896. Les Soviétiques firent ensuite de Krasnoïarsk, ancien centre de déportation des opposants au régime tsariste, un centre d'industrie lourde.

Ces industries disposent de sources d'énergie abondantes : lignite du bassin Kansk-Atchinsk, dont la ville occupe le centre, pétrole du Second-Bakou et de la moyenne vallée de l'Ob acheminé par oléoduc, électricité de la centrale hydraulique de Krasnoïarsk (production moyenne annuelle de 20 milliards de kWh dans les années 2000). Aussi les industries grandes consommatrices d'énergie comme l'industrie de l'aluminium ont-elles leur place aux côtés des constructions mécaniques, des chantiers navals, de l'électronique, des biens de consommation (téléviseurs, électroménager), mais la production de ces derniers a du mal à survivre face à la concurrence des usines, rénovées, de l'ouest du pays.

La ville est flanquée de deux villes secrètes, Krasnoïarsk-26 et Krasnoïarsk-45, spécialisées dans la production de plutonium, le retraitement des déchets nucléaires et la fabrication de satellites.

—  Pierre CARRIÈRE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KRASNOÏARSK  » est également traité dans :

IENISSEÏ

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Ienisseï moyen, du barrage de Krasnoïarsk à l'Angara »  : […] La digue, dite en France de Krasnoïarsk (en fait de Divnogorsk), retient un lac de 388 kilomètres de longueur, 101 mètres de profondeur, 2 000 kilomètres carrés et 73 milliards 300 millions de mètres cubes. Construit de 1957 à 1967, ce barrage, par sa puissance installée de 6 millions de kilowatts, était alors le premier du monde. C'est 33 kilomètres au nord de la digue que se trouve la ville ell […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 142 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La spécialisation industrielle de la Sibérie centrale »  : […] La Sibérie centrale est caractérisée par des montagnes peu peuplées au sud (les républiques autonomes d'Altaï et de Touva ne comptent que 500 000 habitants à elles deux) et des plateaux désolés du bassin de l'Ienisseï au nord. Au contact entre les deux s'étend la bande de steppe boisée, qui s'amenuise jusqu'au lac Baïkal, et qui n'est mise en valeur que sporadiquement par un faible peuplement rura […] Lire la suite

Les derniers événements

4-30 septembre 1999 Russie. Poursuite des combats dans le Caucase du Nord

Le 9 également, le général Alexandre Lebed, gouverneur de Krasnoïarsk et signataire de l'accord de paix qui avait mis fin à la première guerre en Tchétchénie, en 1996, annonce sa candidature à l'élection présidentielle prévue pour juillet 2000. Il affirme à cette occasion que « la guerre dans le Caucase a été planifiée » pour permettre au président Eltsine de décréter l'état d'urgence et d'annuler les élections législatives prévues pour décembre. […] Lire la suite

17 mai 1998 Russie. Alexandre Lebed élu gouverneur de la région de Krasnoïarsk

Le 17, le général à la retraite Alexandre Lebed, artisan des accords de paix en Tchétchénie en août 1996, évincé du Conseil de sécurité en octobre de la même année et relégué en marge du jeu politique, est élu gouverneur de la région de Krasnoïarsk, en Sibérie. Avec 56 p. 100 des suffrages, il l'emporte sur le gouverneur sortant, Valeri Zoubov, un démocrate libéral fidèle à Moscou. […] Lire la suite

1er-2 novembre 1997 Russie – Japon. Sommet Eltsine-Hashimoto à Krasnoïarsk

À Krasnoïarsk, Ryutaro Hashimoto ne fait pas de ce règlement politique le préalable au développement de la coopération économique entre les deux pays, comme le faisaient ses prédécesseurs.  […] Lire la suite

23-31 octobre 1989 États-Unis – U.R.S.S. Annonce d'un sommet américano-soviétique

, en particulier l'intervention en Afghanistan, « violation grossière des normes morales et des valeurs communes de l'humanité » et la construction du radar de Krasnoïarsk, « violation ouverte » du traité A.B.M. Il réitère la proposition soviétique de liquidation, d'ici à l'an 2000, de toutes les bases et de toute présence militaire à l'étranger, que l'O. […] Lire la suite

22-26 septembre 1989 États-Unis – U.R.S.S. Reprise des négociations sur le désarmement

sur la limitation des missiles antibalistiques en se réservant le droit de dénoncer le futur accord Start en cas de déploiement d'un système de défense spatiale américain, et en annonçant le démantèlement du radar géant de Krasnoiarsk considéré par les États-Unis comme une violation du traité A.B.M. Le 25, à l'occasion de l'ouverture de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, George Bush propose, dans l'attente d'un accord général sur l'interdiction des armes chimiques, de détruire 80 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « KRASNOÏARSK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/krasnoiarsk/