KIM TONG-IN (1900-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier coréen, Kim Tong-in créa, en février 1919, la revue littéraire Création (Tchang-djo), grâce à laquelle il fit connaître en Corée le réalisme européen. Emprisonné deux fois (1919 et 1941) pour avoir contrevenu à la loi sur les publications, il ne manifesta pourtant aucune tendance politique caractérisée dans ses œuvres, imprégnées, à ses débuts, de réalisme. Dans La Tristesse d'un faible (Yak-hak dja eui seulp'eum, 1919) et Idiot ou génie (Tchǒn-tchi nya tchǒn-dje nya, 1919), il se contenta de décrire le plus fidèlement possible la société de son époque. Il écrit ensuite des nouvelles influencées par le naturalisme, ainsi Patate (Kam-dja, 1925) dépeignant la vie misérable des bas-fonds de la société. Sa tendance à la caricature est manifeste dans sa Vie de Kim Yon-sil (Kim Yon-sil djǒn, 1935), où il ridiculise une fille littéralement endoctrinée par les idées modernistes de Li Koang-su, qui voulait instruire le peuple à tout prix. Il publie encore d'autres nouvelles qui devaient servir de modèles à de nombreux romanciers coréens, telles que Le Peintre fou (Kwang hwa-sa, 1930), La Sonate enflammée (Kwang-yǒm sonat'a, 1930), Les orteils lui ressemblent (Pal-ga-rak i talm-at-ta, 1931), Montagne rouge (Pulk-eun san, 1932). Kim Tong-in est considéré comme le meilleur nouvelliste coréen de la première moitié du xxe siècle. Il faut noter cependant qu'il s'est distingué également par ses romans historiques d'inspiration nationaliste, tels que La Jeunesse (Djǒlm-eun keu-deul, 1929), Grand Su-Yang (Tä Su-yang, 1931), Printemps dans le palais Un-hyǒng (Un-hyǒng gung eui pom, 1932), Crépuscule d'un royaume (Wang-bu eui rak-so, 1935) et Le Général Eul-dji mun-dǒk (Eul-dji mun-dǒk, 1946).

—  Ogg LI

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification

Les derniers événements

11-30 septembre 2021 Corée du Nord. Tirs de missiles.

Dans le même temps, le régime de Kim Jong-un fait preuve d’ouverture à l’égard de Séoul en laissant entrevoir la possibilité d’un sommet intercoréen, tout en continuant de rejeter les propositions de rencontres « sans conditions préalables » faites par Washington. […] Lire la suite

27 juillet 2021 Corée du Sud – Corée du Nord. Rétablissement des canaux de communication entre Séoul et Pyongyang.

Le jour anniversaire de l’arrêt des hostilités de la guerre de Corée, en 1953, Séoul et Pyongyang annoncent le rétablissement de leurs canaux de communication, inactifs depuis la destruction par le régime de Kim Jong-un du bureau de liaison entre les deux Corées, en juin 2020. Ce geste ouvre la voie à une reprise du dialogue intercoréen qui avait conduit en 2018 à trois rencontres entre les dirigeants des deux pays et à un sommet entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump. […] Lire la suite

4-24 juin 2021 Chine. Arrêt de la publication du quotidien prodémocratie hongkongais Apple Daily.

Le 17, la police politique, créée en application de la loi sur la sûreté nationale (LSN) de juin 2020, interpelle cinq dirigeants du quotidien d’opposition Apple Daily, dont son rédacteur en chef Ryan Law et le directeur général du groupe de presse Next Digital éditeur du tabloïd, Cheung Kim-hung. Des dizaines d’ordinateurs sont saisis et les comptes bancaires du journal sont bloqués. […] Lire la suite

6-23 avril 2021 Danemark. Élections législatives au Groenland.

Inuit Ataqatigiit soutient la position de l’association Urani Naamik (« Non à l’uranium ») de Mariane Paviasen, qui milite contre le projet de mine d’uranium et de terres rares de Narsaq, dans le sud de l’île, et dont la mobilisation est à l’origine de la chute du gouvernement conduit par le parti Siumut (social-démocrate) du Premier ministre Kim Kielsen. […] Lire la suite

10 janvier 2021 Corée du Nord. Nomination de Kim Jong-un au poste de secrétaire général du Parti du travail.

Le VIIIe congrès du Parti du travail promeut Kim Jong-un au poste de secrétaire général. Ce titre symbolique le place au même niveau que son père Kim Jong-il et que son grand-père Kim Il-sung. Au pouvoir depuis décembre 2011, Kim Jong-un avait été nommé premier secrétaire en avril 2012, puis président du parti en mai 2016, le poste de secrétaire général restant vacant. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ogg LI, « KIM TONG-IN (1900-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kim-tong-in-1900-1951/