Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SPACEY KEVIN (1959- )

Acteur américain, né le 26 juillet 1959 à South Orange, dans le New Jersey. Réputé à ses débuts pour ses compositions fines et subtiles de sales types, Kevin Spacey a su montrer qu'il avait d'autres cordes à son arc en remportant notamment l'oscar du meilleur acteur pour son interprétation magistrale d'un père de famille frustré dans la comédie noire American Beauty en 2000.

Les parents du jeune Kevin Spacey Fowler déménagent souvent et celui-ci éprouve quelques difficultés à se stabiliser. Le sentiment d'exclusion dont il souffre l'amène à des actes de délinquance et il se fait renvoyer de l'école militaire de Northridge, en Californie, à laquelle ses parents l'avaient confié pour tenter de le discipliner. Il poursuit alors des études secondaires à la Chatsworth High School de Los Angeles, découvre les classes d'art dramatique et trouve enfin sa voie. Il joue dans de nombreuses productions scolaires et développe son don pour la comédie en intégrant plusieurs clubs. Il fréquente ensuite les bancs du Los Angeles Valley College, avant de partir pour New York en 1979, où il suit un stage à la prestigieuse Juilliard School.

Deux ans plus tard, Spacey se sent prêt à voler de ses propres ailes et fait bientôt ses débuts professionnels sur les planches avec un petit rôle dans le premier acte d'Henri IV de Shakespeare. Il devient l'assistant de Joseph Papp, fondateur et directeur du New York Shakespeare Festival, mais celui-ci le licencie après l'avoir vu jouer dans une production de troisième zone pour l'obliger à rechercher plus activement des rôles.

Spacey fait ses débuts à Broadway en 1982 dans la pièce d'Henrik Ibsen,Ghosts (Les Revenants). Il poursuit sa carrière théâtrale en interprétant des rôles remarqués dans Hurlyburly (1985), dont il reprendra en 1998 le rôle au cinéma dans le film éponyme (sorti en France sous le titre Hollywood Sunrise), et Long Day's Journey into Night (1986, Un Long Voyage dans la nuit). Il fait en outre quelques apparitions au cinéma dans Heartburn (1986, La Brûlure) et Working Girl (1988) et obtient un rôle récurrent de tueur dans la série télévisée Wiseguy (Un Flic dans la mafia) en 1988.

En 1991, Kevin Spacey reçoit un Tony Award pour son incarnation d'Uncle Louie, un truand de la pègre, dans la pièce Lost in Yonkers (La Vie sous silence). Après son triomphe au théâtre, il gagne ses galons d' acteur de cinéma avec des films comme Glengarry Glen Ross (1992, Glengarry), SwimmingwithSharks (1994, SwimmingwithSharks), Seven (1995, Seven) ou encore The Usual Suspects (1995, Usual Suspects), pour lequel son incarnation très personnelle d'un truand infirme et doucereusement diabolique est récompensée par l'oscar du meilleur second rôle en 1995, A Time to Kill (1996, Le Droit de tuer), et surtout L.A. Confidential (1997). Il revient à ses premières amours en 1998 et reçoit trois récompenses prestigieuses de la scène londonienne – l'Evening Standard Award, le London Theatre Critics' Circle Award, et le Laurence Olivier Award – dans la catégorie meilleur acteur pour le rôle d'Hickey dans The IcemanCometh (Le Marchand de glace est passé), pièce d'Eugene O'Neill.

En 2000, le film American Beauty lui offre une occasion unique d'explorer un personnage totalement nouveau pour lui. Ce film marque un tournant dans la carrière de Spacey, jusqu'ici plus souvent habitué aux rôles de seconds couteaux de la pègre. Sa capacité à exprimer l'aliénation et la vulnérabilité de Lester Burnham – un père de famille ordinaire obsédé par la jolie camarade de classe de sa fille – lui vaut l'enthousiasme unanime de la critique et lui ouvre les portes de la notoriété.

Après son oscar du meilleur acteur pour ce rôle, Spacey poursuit sa carrière au cinéma. Dans les années 2000, il est notamment à[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : correctrice
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi