HULME KERI (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain néo-zélandais, Keri Hulme est surtout connue pour son premier roman, The Bone People (1984, The Bone People, ou les Hommes du long nuage blanc), lauréat du Booker Prize en 1985. À travers l'ensemble de son œuvre, elle traite souvent de la langue et de la culture maories. Suscitant la controverse, elle suggère que l'appartenance à cette culture, loin de reposer exclusivement sur des critères raciaux, peut découler d'une sensibilité et d'une identification bienveillante avec ce peuple.

Née dans une famille d'émigrés le 9 mars 1947 à Christchurch, dans l'île du Sud, Kerry Hulme a des origines anglaise et écossaise. Mais elle s'identifie pourtant très étroitement à la tribu maorie des Ngai Tahu, dont un de ses arrière-grands-parents est issu, et adopte la graphie maorie de son prénom : Keri. Très tôt habitée par le désir d'écrire, la jeune fille fréquente l'université Canterbury de sa ville natale, avant d'enchaîner divers emplois, et d'obtenir en 1978 pour un temps un poste d'écrivain en résidence à l'université Otago de Dunedin. Son premier livre, The Silences Between : Moeraki Conversations (1982), est un recueil de poèmes. Keri Hulme devient célèbre avec The Bone People, qui éveille l'attention à cause de son originalité lyrique et de son évocation toute personnelle de la culture maorie. Elle y fait évoluer trois personnages : Kerewin Holmes, artiste peintre vivant en recluse et autoportrait de l'auteur, Simon Peter, jeune muet rejeté sur le rivage après un naufrage, et Joe Gillayley, ouvrier maori. Keri Hulme publie également les volumes de poésie Lost Possessions (1985) et Strands (1992) ainsi que les recueils de nouvelles Te Kaihau/The Windeater (1986) et Stonefish (2004).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HULME KERI (1947- )  » est également traité dans :

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 861 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Maori dans la littérature néo-zélandaise »  : […] Depuis le xx e  siècle, les Maoris occupent une part importante dans l'imaginaire néo-zélandais. Les « bons sauvages » de William Satchell (1860-1942) dans The Greenstone Door (1914) cèdent la place à une vision moins paternaliste dans Brown Man's Burden (1938) de Roderick Finlayson (1904-1992). Spinster (1958 ; Anna et les Maoris , 1961) de Sylvia Ashton-Warner relate les expériences pédagogi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-zelande/#i_29750

Pour citer l’article

« HULME KERI (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/keri-hulme/