KARACAOGHLAN (1604-1679)

À coup sûr l'un des plus grands poètes populaires de la littérature turque et, sinon le plus grand, indubitablement le plus aimé. On ne sait rien de vraiment précis sur la vie de Karacaoghlan ; seulement qu'il vécut au xviie siècle dans l'est de l'Anatolie. Les versions se contredisent quant à son pays d'origine. Une chose est certaine, c'est qu'il appartenait aux tribus nomades turkmènes et qu'il se déplaçait beaucoup. Il parle d'ailleurs dans ses poèmes d'innombrables villes qu'il aurait vues et il semble même avoir été jusqu'aux pays limitrophes. Il connaît à la perfection l'est de la Turquie, qui sert de cadre à la plupart de ses œuvres. Sa langue est d'une rare pureté et d'une extrême sobriété ; aucune fioriture, aucun mot d'emprunt. Complètement étranger à la poésie du divan, il n'a composé qu'en vers syllabiques et en quatrains sur des thèmes populaires ; il traite les problèmes et il évoque les sentiments les plus profondément ancrés dans le cœur des Turcs. Son thème favori est la nature ; il adresse des chants d'amour aux montagnes, aux sources, aux forêts. De toutes les saisons, il préfère le printemps et ses roses ; il aime parler de la course des gazelles et du vol des faucons. Il est si intimement lié à la nature qu'il semble vouloir en être lui-même un élément et, tel un sculpteur, la façonner. Mais il y a également chez lui d'autres leitmotive, comme celui de l'amour — bon nombre de poèmes empreints d'une réelle sensualité sont adressés à sa bien-aimée, dont il célèbre la beauté et dont il pleure l'absence lorsqu'il doit la quitter — ou, encore, le thème du héros, du bandit au grand cœur, loyal et courageux.

Si Karacaoghlan a subi l'influence de Pir Sultan Abdal (fin du xvie s.) et de Kul Mehmed (xvie s.), il a lui-même marqué son époque, ses successeurs, et jusqu'aux poètes du xviiie et du xixe siècle. Plus remarquable encore, presque tous ses poèmes ont été chantés à travers les siècles et sont encore aujourd'hui mis en musique. La popularité de Karacaoghlan est toujours demeurée vivace ; elle a connu un point culminant avec la monarchie constitutionnelle et le culte des valeurs nationales (fin du xixe s.). Les intellectuels contemporains admirent la pureté et le modernisme de sa langue ; le peuple voue son admiration à Karacaoghlan, figure purement anatolienne, qui a su puiser son inspiration dans les aspirations populaires les plus profondes. Chez les Turkmènes, « chanter une chanson » se dit souvent : « convier Karacaoghlan ».

—  Gayé PETEK-SALOM

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KARACAOGHLAN (1604-1679)  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 631 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La tradition populaire »  : […] La tendance opposée – par la langue, la métrique, la conception et les objectifs – se maintint malgré tout dans l'éclat de la poésie du Divan. Dans le conflit historique qui opposa les chiites aux sunnites, l'Iran safevide à la Turquie ottomane, les masses paysannes et nomades à leurs seigneurs, Hataî (Chah Ismail, 1486-1524) et Pir Sultan Abdal ( xvi e  s.) sont des exemples d'une poésie s'adress […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gayé PETEK-SALOM, « KARACAOGHLAN (1604-1679) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karacaoghlan/