HOFMANN JOSEF (1876-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pianiste américain d’origine polonaise, Josef Hofmann est surtout connu pour ses brillantes interprétations du répertoire romantique.

Josef Casimir Hofmann naît le 20 janvier 1876, à Podgórze, près de Cracovie, dans une famille musicienne. Enfant prodige, il apprend dès l’âge de trois ans les rudiments de la musique auprès de son père, pianiste et chef d’orchestre, et montre un talent et une précocité similaires dans plusieurs autres disciplines (mathématiques, sciences, mécanique). Il effectue une tournée en Europe dès l’âge de sept ans, puis une autre aux États-Unis à onze ans, après ses débuts américains au Metropolitan Opera de New York, le 29 novembre 1887. L’obtention d’une bourse lui permet d’interrompre la cadence effrénée des concerts et de partir étudier en Allemagne avec deux éminents pianistes, Moritz Moszkowski puis Anton Rubinstein. Il reprend sa carrière de concertiste virtuose à l’âge de dix-huit ans et, à partir de 1898, vit surtout aux États-Unis. En 1926, il participe à la création du tout nouveau Curtis Institute of Music à Philadelphie, qu’il dirige jusqu’en 1938. Il limite les tournées à partir de 1940 et, après un dernier récital new-yorkais en 1946, donne un ultime concert à Harrison (Maine) en 1948. Durant les dernières années de sa vie, il invente des appareils et dispositifs en tout genre, s’efforçant notamment d’améliorer l’amplification du son des pianos et les techniques d’enregistrement. Il meurt le 16 février 1957, à Los Angeles.

Considéré entre 1910 et 1935 comme l’un des meilleurs pianistes romantiques avec Liszt et Busoni, Josef Hofmann se distingue par sa mémoire prodigieuse et par son jeu noble et poétique, dénué de toute excentricité sans jamais sombrer dans la banalité. Il interprète le plus souvent des œuvres de Beethoven, Chopin, Schumann et Liszt ainsi que des pièces de salon, mais n’étendra jamais son répertoire à Brahms ou aux compositeurs du xxe siècle. Premier musicien professionnel à enregistrer sa musique ‒ il grave en 1887 plusieurs cylindres lors de sa visite au laboratoire d’Edison dans le New Jersey ‒, il possède néanmoins une maigre discographie. On retrouvera cependant après sa mort des essais gravés en studio, des enregistrements radiophoniques et des captations de concerts qui témoignent de son talent. Hofmann a composé par ailleurs plus d’une centaine d’œuvres, souvent publiées sous le pseudonyme de Michel Dvorsky, dont plusieurs symphonies, cinq concertos pour piano et des pièces pour piano seul. Il a publié également deux manuels consacrés à la technique pianistique.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« HOFMANN JOSEF - (1876-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-hofmann/