LÓPEZ PORTILLO JOSÉ (1921-2004)

Homme politique mexicain. Après des études de droit, il adhère au Parti révolutionnaire institutionnel (P.R.I.), parti unique, et devient ministre des Finances sous la présidence de son ami Luis Echeverría. En 1976, il est élu président du Mexique dans un contexte de grave crise économique. Il promet de « défendre le peso comme un chien », mais la courte période dorée de son mandat, liée au boom pétrolier, prend fin avec la baisse des cours du brut, l'explosion de la dette extérieure et la dévaluation de la monnaie nationale. La gauche mexicaine lui reproche d'avoir poursuivi la « sale guerre » menée, depuis 1968, contre l'extrême gauche. Marqué par le népotisme et la corruption, son mandat s'achève, en 1982, dans le marasme économique, tandis que son successeur reprivatise les banques qu'il avait tenté de nationaliser.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  LÓPEZ PORTILLO JOSÉ (1921-2004)  » est également traité dans :

MADRID HURTADO MIGUEL DE LA (1934-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 337 mots

Miguel de la Madrid Hurtado fut le président du Mexique de 1982 à 1988, alors que le pays était plongé dans une grave crise économique. Miguel de la Madrid Hurtado naît le 12 décembre 1934 à Colima (État de Colima, Mexique). Il obtient un diplôme de droit à l'université nationale autonome du Mexique en 1957, puis un master d'administration publique à Harvard en 1965. Après avoir rejoint en 1963 l […] Lire la suite

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 136 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le monopole politique du P.R.I. »  : […] Le Mexique donne, depuis 1929, l'image d'une continuité politique sans faille, malgré la clause de la Constitution de 1917 qui limite l'exercice du pouvoir présidentiel à la durée d'un seul mandat : tous les présidents élus depuis lors l'ont été, en effet, sous le patronage d'un seul et même parti, successivement baptisé Partido nacional revolucionario, Partido de la Revolución mexicana et Partid […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-31 décembre 1982 Mexique. Entrée en fonctions du président Miguel de La Madrid

José Lopez Portillo, alors que le Mexique traverse la plus grave crise économique et financière de son histoire. Il forme un gouvernement composé en majorité de techniciens. Le 20, un allégement du contrôle des changes instauré le 1er septembre est annoncé, ainsi qu'une nouvelle dévaluation du peso, d'environ 50 p. 100 : le dollar, qui valait à peu […] Lire la suite

1er septembre 1982 Mexique. Nationalisation des banques

José Lopez Portillo, président du Mexique jusqu'au 1er décembre, prononce son « rapport » devant le Congrès. Il fait le bilan de l'action gouvernementale pour lutter contre la grave crise économique et financière que traverse le pays et annonce la nationalisation des banques privées, à l'exception des établissements étrangers, et l'institution d'un […] Lire la suite

4 juillet 1982 Mexique. Victoire de Miguel de la Madrid à l'élection présidentielle

José López Portillo le 1er décembre pour appliquer une politique économique adaptée à la crise la plus grave qu'ait connue le pays depuis cinquante ans. […] Lire la suite

2-28 février 1982 Amérique latine – États-Unis. Intensification des combats au Salvador et initiatives diplomatiques

José Lopez Portillo, à Managua (Nicaragua) où il a assisté les 19 et 20 à la Conférence des partis politiques d'Amérique latine (Coppal), propose, dans un discours qualifié d'« appel de Managua », sa médiation pour améliorer les relations des États-Unis avec Cuba et avec le Nicaragua, et pour favoriser une solution de compromis au Salvador. Le 24,  […] Lire la suite

6-8 avril 1981 Salvador. Vers une solution politique de la crise

José López Portillo et Luis Herrera Campins, présidents du Mexique et du Venezuela, réunis depuis le 6 à Mexico, proposent leur médiation pour tenter de résoudre le conflit salvadorien, le Mexique intervenant auprès de la guérilla et le Venezuela auprès de la junte. L'administration Reagan, après avoir considérablement aggravé la crise par ses propos […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LÓPEZ PORTILLO JOSÉ - (1921-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-lopez-portillo/