MONTEMAYOR JORGE DE (1520 env.-1561)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et musicien castillan d'origine portugaise. Chanteur à la cour, Jorge de Montemayor passa du service de l'infante doña Maria à celui de son frère, le futur Philippe II, qu'il accompagna lors de son voyage de noces en Angleterre en 1554. Le Cancionero (1554) de Montemayor fut expurgé par l'Inquisition, mais son œuvre capitale est sans conteste la Diana (éditée peut-être à Valence en 1559, remaniée dans l'édition de 1561 parue à Valladolid). Ce roman constitue la pierre angulaire du roman pastoral espagnol comme de sa nombreuse descendance étrangère (continué par A. Pérez, Gil Polo, Gregorio Hernández ; infléchi a lo divino par B. Ponce ; plagié en France par J. de Tejedo ; traduit en allemand, en anglais, en français ; source principale de L'Astrée d'Honoré d'Urfé). La Diana eut peut-être des racines autobiographiques puisqu'à Valladolid, sous Philippe II, on rendait hommage (le roi et sa femme eux-mêmes) à une certaine Ana qui aurait été l'héroïne de la Diana du poète. Sur les bords de l'Esla, près de León, la bergère Diana aime le berger Silène et est aimée de lui. Cependant, durant une absence prolongée de celui-ci, elle épouse Délio. D'où le désespoir de Silène et les aventures qui lui adviennent ainsi qu'à ses compagnons, d'autres bergers et bergères en mal d'amour. Bien que s'insérant dans une tradition déjà ancienne (bucoliques grecs, imitateurs latins, Boccace qui puise à ces sources, l'Arcadie de Sannazaro), la Diana de Montemayor, rédigée dans un castillan raffiné, où l'ascendance portugaise ne pointe que dans une teinte de saudade (variations narcissiques sur la solitude et le regret), propre aux Lusitaniens, constitue par sa trame autant que par ses parties lyriques l'un des sommets du roman de la Renaissance.

—  Daniel DEVOTO

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, universités de Buenos Aires et de Paris-Sorbonne, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer l’article

Daniel DEVOTO, « MONTEMAYOR JORGE DE (1520 env.-1561) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-de-montemayor/