TEWKSBURY JOHN (1878-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'athlète américain John Tewksbury, spécialiste du sprint, réussit à se classer dans les trois premiers à l'occasion des cinq épreuves auxquelles il participe lors des jeux Olympiques de Paris en 1900.

Né le 21 mars 1878 à Ashley (Pennsylvanie), John Walter Beardsley Tewksbury étudie la médecine dentaire à l'université de Pennsylvanie et est l'un des plus brillants représentants de l'équipe d'athlétisme de cette institution. Il gagne notamment les épreuves de 110 yards et de 220 yards aux Championnats interuniversitaires d'athlétisme amateurs des États-Unis en 1898 et en 1899.

Fraîchement diplômé, il participe au sein de l'équipe américaine aux jeux Olympiques de 1900 à Paris. À cette occasion, il dispute cinq épreuves et se distingue à chaque fois : il gagne le 200 mètres et le 400 mètres haies, se classe deuxième du 100 mètres, en ayant tenu la dragée haute à son compatriote Frank Jarvis, et du 60 mètres, devancé par le célèbre Américain Alvin Kraenzlein, et troisième du 200 mètres haies. Sa performance la plus surprenante est son succès dans la course de 400 mètres haies. Pour Tewksbury, cette épreuve constitue une inconnue : il ne s'y est jamais essayé, la course de haies d'un tour de piste n'existant pas à cette époque aux États-Unis ; en outre, il affronte un concurrent hors pair en la personne du Français Henri Tauzin, une vedette du Racing-Club, qui multiplie les victoires dans cette discipline. L'une des caractéristiques de ces Jeux de Paris est l'organisation plus que chaotique des compétitions : le 400 mètres haies n'échappe pas à la règle, bien au contraire. Sur la piste en herbe du stade de la Croix-Catelan, les haies sont disposées de façon très artisanale : certaines sont des morceaux de poteaux télégraphiques tandis qu'une sorte de rivière constitue le dernier obstacle à franchir ! Or John Tewksbury cause la surprise : il passe la ligne d'arrivée en vainqueur, réalisant 57,6 secondes, un temps qui n'est supérieur que de 4 dixièmes de seconde au record du monde, et laisse Henri Tauzin, deuxième, à 7 dixièmes de seconde.

Pour John Tewksbury, l'athlétisme n'était qu'un passe-temps. De retour dans son pays après ses exploits parisiens, il arrête la compétition pour se consacrer à son métier de dentiste. Il s'éteint le 24 avril 1968 à Tunkhannock (Pennsylvanie).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« TEWKSBURY JOHN - (1878-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-tewksbury/