IRVING JOHN (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain américain John Irving se fit connaître avec le roman The World According to Garp (1978, Le Monde selon Garp, adapté au cinéma en 1982 par George Roy Hill). Comme ses autres ouvrages, il associe une intrigue bien construite, des personnages hauts en couleur et un humour macabre, tout en évoquant des thèmes contemporains.

John Wallace Blunt Junior naît le 2 mars 1942, à Exeter (New Hampshire). Lorsque sa mère se remarie, elle lui retire le patronyme de son père biologique pour lui donner le sien et celui de son nouvel époux : l'enfant se nommera désormais John Winslow Irving. Il fréquente une école privée, Phillips Exeter Academy, où il s'adonne à la lutte – sa passion pour cette discipline, qu'il cultivera toute sa vie durant, reviendra régulièrement dans ses textes – et peine à suivre les cours en raison de sa dyslexie. Diplômé en 1962, il passe par les universités de Pittsburgh (Pennsylvanie) et de Vienne (Autriche), puis obtient une licence de littérature anglophone à l'université du New Hampshire en 1965 et une maîtrise dans la même discipline à l'université de l'Iowa en 1967. Dès lors et jusqu'en 1978, John Irving enseigne dans divers établissements supérieurs, notamment le Windham College (Vermont), l'atelier d'écriture de l'université de l'Iowa, le Mount Holyoke College (Massachusetts) et l'université Brandeis (Massachusetts).

En 1968, John Irving publie Setting Free the Bears (Liberté pour les ours !), qu'il avait ébauché à l'occasion de son mémoire de maîtrise. Ce roman picaresque moderne suit les aventures de deux jeunes gens qui traversent l'Autriche à moto et préparent en secret la libération des animaux du zoo de Vienne. Ce premier ouvrage et le suivant, The Water-Method Man (1972, L'Épopée du buveur d'eau), reçoivent un accueil favorable ; à l'inverse, The 158-Pound Marriage (1974, Un mariage poids moyen) déçoit la critique. John Irving connaît son premier succès de librairie à l'étranger grâce à Le Monde selon Garp, ouvrage tragicomique empreint de violence qui relate la vie et la mort du romancier T. S. Garp. Les lecteurs se montrent en effet sensibles à l'univers et aux thèmes qui font le style d'Irving – l'élitisme de l'école privée qu'il a fréquentée en Nouvelle-Angleterre, l'atmosphère des milieux viennois, la lutte, l'infidélité, l'absence du père. Dès lors, ils vont se passionner pour son œuvre.

John Irving perfectionne son usage de l'hyperbole et de la transfiguration du réel afin d'éclairer la condition humaine, dans The Hotel New Hampshire (1981, L'Hôtel New Hampshire, adapté au cinéma en 1984 par Tony Richardson), où une famille peu conventionnelle est frappée par la tragédie. De même, dans A Prayer for Owen Meany (1989, Une prière pour Owen, porté au grand écran sous le titre Simon Birch en 1998 par Mark Steven Johnson), un minuscule garçon aux allures de messie change la vie du narrateur. Le roman est aussi un hommage au Tambour de Günter Grass.

Le roman The Cider House Rules (1985, L'Œuvre de Dieu, la part du diable) explore la complexité des questions éthiques que pose l'avortement : John Irving en tire un scénario porté au grand écran par Lasse Hallström en 1999 et couronné par un oscar. A Son of the Circus (1994, Un enfant de la balle), qui se déroule en Inde et joue avec virtuosité de plusieurs intrigues, dont une à caractère criminel, suscite un accueil mitigé. Le recueil de nouvelles et d'essais intitulé Trying to Save Piggy Sneed (Faut-il sauver Piggy Sneed ?) et l'autobiographie The Imaginary Girlfriend (La Petite Amie imaginaire) paraissent en 1996. Vient ensuite A Widow for One Year (1998, Une veuve de papier, adapté au cinéma en 2008 par Tod Williams sous les titres The Door in the Floor).

Dans My Movie Business (1999, Mon Cinéma), Irving revient sur le travail que lui demande l'adaptation de ses œuvres pour le cinéma. Il poursuit son aventure littéraire avec The Fourth Hand (2001, La Quatrième Main). Les romans ultérieurs multiplient de façon manifeste les éléments autobiographiques. Until I Find You (2005, Je te retrouverai) propose une cartographie des œuvres antérieures d'Irving. L'absence du père, la dissimulation et l'abus sexuel y occupent une place centrale, tandis que Last Night in Twisted River (2009, Dernière Nuit à Twisted River) retrace l'itinéraire étrange d'un écrivain vers le succès. John Irving explore par la suite les thèmes du désir et de l'identité sexuelle dans In One Person (2012, À moi seul bien des personnages).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« IRVING JOHN (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-irving/