ENNIS JESSICA (1986- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Star athlétique britannique annoncée des jeux Olympiques de Londres en 2012, Poster Girl de cette édition – les affiches de son visage étaient placardées sur les murs de toute la ville, une immense fresque à son effigie avait été peinte sur le gazon bordant une piste d'atterrissage de l'aéroport d'Heathrow –, Jessica Ennis n'a pas cédé sous la pression : à l'issue de deux journées bien maîtrisées et d'un 800 mètres plein de panache, elle est devenue championne olympique de l'heptathlon.

Jessica Ennis est née le 28 janvier 1986 à Sheffield, d'un père d'origine jamaïquaine et d'une mère britannique. Elle découvre l'athlétisme à dix ans, en participant à une réunion sportive pour débutants organisée à Sheffield durant les vacances scolaires. Cet événement n'est pas anodin : elle rencontre là Toni Minichiello, qui sera bientôt son entraîneur. L'athlétisme devient sa distraction favorite, elle réalise de bonnes performances en saut en hauteur, puis se tourne vers les épreuves combinées. Championne d'Europe junior de l'heptathlon en 2005, elle participe en 2007 aux Championnats du monde d'Ōsaka (Japon), où elle se classe quatrième de l'épreuve remportée par la Suédoise Carolina Klüft. Sa carrière connaît néanmoins un coup d'arrêt : blessée, elle ne peut pas prendre part aux jeux Olympiques de Pékin en 2008.

L'année 2009 est pour Jessica Ennis celle d'une première consécration : à Berlin, elle devient championne du monde de l'heptathlon. Championne d'Europe en 2010 à Barcelone, elle connaît, en 2011, aux Championnats du monde de Daegu (Corée du Sud), une mésaventure qui va sans doute lui ouvrir la voie vers la médaille d'or olympique : alors qu'elle se montre meilleure que la Russe Tatiana Chernova dans cinq des sept épreuves de l'heptathlon, sa performance très médiocre au lancer du javelot (39,95 m), son point faible, lui coûte le titre, qui revient à la Russe, laquelle a réussi un jet de 52,95 mètres. Il est vrai que le petit gabarit de Jessica Ennis (1,65 m, 57 kg) est un handicap dans cette spécialité nécessitant beaucoup de force. Aussi décide-t-elle de travailler sérieusement cette discipline avec Mick Hill, un ancien lanceur de javelot britannique de niveau mondial, devenu entraîneur d'athlétisme.

Propulsée égérie des Jeux de Londres en 2012, Jessica Ennis doit gérer une immense pression : elle répond à d'innombrables interviews, souvent pour des magazines et des médias dont la thématique est bien éloignée des choses sportives ; magnifique ambassadrice du sport féminin, elle apparaît en couverture de la version britannique de Cosmopolitan, dans le numéro du mois d'août 2012 qui sort juste avant les Jeux, sans avoir rien à envier à certains top-modèles... Mais elle prépare aussi sa compétition avec le plus grand sérieux.

Le 3 août 2012, au stade olympique, elle réalise une formidable performance dans la première des sept épreuves de l'heptathlon, le 100 mètres haies (12,54 s) ; le public sait déjà que rien n'arrêtera la marche triomphale de sa championne. Durant les deux journées de la compétition, elle bat quatre de ses records personnels (dont celui du lancer du javelot, 47,49 m). En apothéose, alors que la médaille d'or lui est pourtant acquise, elle tient à remporter la dernière épreuve, le 800 mètres, pour que sa gloire soit plus éclatante encore : portée par la foule et par tout un peuple, elle connaît l'honneur – privilège rare dans les épreuves combinées – de franchir seule en tête, bras levés, la ligne d'arrivée de cette ultime course. Jessica Ennis remporte l'heptathlon en totalisant 6 955 points, ce qui constitue le record de Grande-Bretagne, loin devant ses dauphines, l'Allemande Lilli Schwarzkopf (6 649 points) et Tatiana Chernova (6 628 points).

À l'issue de son triomphe et après avoir versé les quelques larmes de joie obligatoires, la Poster Girl se drape de l'Union Jack floqué de son nom, des anneaux olympiques et de la mention olympic champion – ce qui prouve bien qu'elle était certaine de sa réussite. En cette soirée du 4 août 2012 historique pour l'athlétisme britannique – « Mo » Farah gagne le 5 000 mètres, Greg Rutherford le saut en longueur –, les quatre-vingt mille spectateurs communient avec leurs athlètes en reprenant We Can Be Heroes, Just for One Day de David Bowie...

En 2013, légèrement blessée, elle décide de ne pas participer aux Championnats du monde de Moscou. En juillet 2014, Jessica Ennis devient maman.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ENNIS JESSICA (1986- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jessica-ennis/