TEILLAC JEAN (1920-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vie professionnelle pleinement dévouée à la science et au service de son pays, telle est bien celle de Jean Teillac. Héritier des grands pionniers de la science nucléaire française, formé par Irène et Frédéric Joliot-Curie, il s'est trouvé placé, quand il parvint aux postes de responsabilité, à la charnière entre les questions relevant de la science, de la politique et des problèmes de société.

Issu du monde paysan, attaché à sa Corrèze natale (Marcillac-la-Croisille), il enseigna pendant deux ans comme instituteur avant de s'inscrire à la faculté des sciences de Paris. C'est à cette époque qu'il épousa l'étudiante en médecine, elle aussi futur professeur, qui l'accompagna tout au long de sa vie, et dont il eut trois enfants. Attiré par la recherche, il est remarqué par Irène Joliot-Curie, qui l'intègre dans l'équipe de l'Institut du radium, où il prépare sa thèse de doctorat en physique nucléaire. Après la mort d'Irène puis de Frédéric Joliot, il succède en 1959 à ce dernier à la fois comme directeur de l'Institut du radium et comme titulaire de sa chaire de professeur. Ce dernier titre est et restera pour lui un grand honneur, mais c'est aussi une charge exigeante : “L'amateurisme n'est pas de mise devant un amphithéâtre de trois cents personnes”, aimait-il à rappeler.

Successeur de Joliot, il l'est aussi comme directeur de l'Institut de physique nucléaire, qui vient d'être créé dans la toute nouvelle faculté des sciences d'Orsay. Le site est vaste, il va pouvoir y installer un grand laboratoire de physique nucléaire. Plus tard, une synergie sera recherchée avec le Centre d'études nucléaires de Saclay, qui lui est proche.

À la fin des années 1960, la physique nucléaire pratiquée dans les universités et au C.N.R.S. apparaît comme trop dispersée. Il faut de grands appareils à vocation nationale pour les nouveaux besoins de la recherche. Avec André Blanc-Lapierre, Jean Teillac se fait le protagoniste tenace d'une réforme du C.N.R.S. permettant une organisation fédérative. Son pouvoir de persuasion bouscule les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conseiller scientifique au Commissariat à l'énergie atomique, Fontenay-aux-Roses

Classification

Pour citer l’article

Jean BUSSAC, « TEILLAC JEAN - (1920-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-teillac/