SUDRE JEAN-PIERRE (1921-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Photographe et enseignant, chef de file et défenseur infatigable d'une photographie créative, Jean-Pierre Sudre est décédé le 6 septembre 1997, à Aix-en-Provence. Son cheminement dans le monde photographique est relativement peu conformiste. Si son amour de la nature l'a rapidement amené à explorer les sous-bois de son enfance, sa curiosité permanente l'a très tôt incité à s'approcher au plus près de la matière puis à la pénétrer pour atteindre au plus secret des choses : ainsi de sa rencontre avec le cristal, objet premier qu'il maîtrisera petit à petit pour le soumettre aux caprices de son imagination. Le déroulement de son œuvre photographique ressemble ainsi à un véritable travelling avant qui n'est pas sans rappeler sa formation de cinéaste à l'I.D.H.E.C. de Nice et de Paris (1942-1943).

Né le 27 septembre 1921 à Paris, Jean-Pierre Sudre va s'orienter, dès 1949, vers la photographie industrielle dont il deviendra l'un des spécialistes les plus réputés. Mais déjà ce poète visuel réalise pour son propre plaisir des images luxuriantes de sous-bois ainsi que de somptueuses natures mortes. De 1946 à 1960, il met en scène une extraordinaire chorégraphie d'objets quotidiens, sujets de ses rêveries visuelles sur l'ombre et la lumière, le jeu et l'accord des formes et les vibrations de la matière. Jean-Pierre Sudre affirme, dans ce long travail, un style et des conceptions quasi philosophiques qui en font, à l'époque, un créateur à part dans le monde photographique.

Si « le geste fondateur de la nature morte [...] est l'isolement » (Jean-Claude Lemagny), Sudre va aller plus loin encore en s'installant solitairement dans le secret de la chambre noire, au sein même de la matière dont il avait au préalable glorifié l'enveloppe externe. Dès 1963, il réalise une série d'images de cristaux en noir et blanc qu'il intitule Diamantine. Photographies qui font apparaître des formes magnifiques et mystérieuses nées sur une simple plaque de verre de la cristallisation de divers produits chimiques. Avec cette matière qui est elle-même son propre négatif, Sudre va découvrir un réperto [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUDRE JEAN-PIERRE (1921-1997)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du document personnalisé au monde fantastique »  : […] La différence entre la tendance documentaire et la tendance subjective réside moins dans l'apparence des images que dans l'attitude spirituelle initiale du photographe, attitude évidemment difficile à prouver. Aux photographes soucieux de la relation de la forme et du fond – cherchant à montrer au mieux une réalité, même s'il faut pour cela l'interpréter – s'opposeraient des photographes inquiets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_96708

Pour citer l’article

Jean-Claude GAUTRAND, « SUDRE JEAN-PIERRE - (1921-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-sudre/