JEAN MARIE VIANNEY saint (1786-1859)

Né à Dardilly (Rhône), Jean Marie Vianney fit sa première communion dans le village voisin d'Écully en 1799, au cours d'une messe célébrée clandestinement. Il travaillait la terre avec son père. Il voulait être prêtre. En 1807, il commença de pénibles études chez le curé d'Écully, Charles Balley, un ancien génovéfain de grande valeur et de vertu austère, fortement teinté de jansénisme. En octobre 1809, Jean Marie fut appelé à l'armée. Dirigé vers l'Espagne, il déserta et se cacha aux Noës (Loire), jusqu'à ce que l'engagement de son frère François l'ait dégagé du service militaire. Revenu à Écully en 1811, il fut accepté au séminaire de Verrières, puis à celui de Lyon. Mais ses résultats furent si mauvais qu'on le renvoya en décembre 1813. M. Balley ne se découragea pas, lui fit apprendre la théologie dans le Rituel de Toulon en français et, grâce à son prestige personnel, le fit admettre au sous-diaconat le 2 juillet 1814, au diaconat le 23 juin 1815 et au sacerdoce le 13 août 1815 à Grenoble. Il le garda près de lui pour l'initier au ministère paroissial, jusqu'à sa mort, le 16 décembre 1817. L'abbé Vianney, ne pouvant s'entendre avec aucun autre curé, fut nommé curé d'Ars (Ain) en 1818.

Il y mena une rude vie de prière et de mortification, qui lui attira vite l'estime de ses paroissiens et de ses confrères du voisinage. Il embellit et agrandit son église, fonda dès 1824 une école de filles, la Providence, puis une école de garçons qu'il confia en 1849 aux frères de la Sainte-Famille de Belley. Après 1830, la renommée de confesseur du curé d'Ars s'accrut de plus en plus. Il accepta ce rude ministère, qui devait le tenir jusqu'à quatorze heures par jour au confessionnal.

Le curé d'Ars offre des contrastes étonnants : lui, qu'on prenait pour un ignorant, se montra un étonnant guide des âmes, tout en refusant de disserter sur les cas de conscience compliqués. On a eu le tort de prendre pour de la simplicité d'esprit son incapacité à apprendre le latin et donc à suivre des cours en cette langue. On l'a plaint d'avoir eu pour auxiliaire le terrible abbé Raymond, mais sa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Les derniers événements

Vatican – France. Voyage du pape Jean-Paul II dans la région Rhône-Alpes. 4-7 octobre 1986

-le-Monial et un grand rassemblement de jeunes au stade Gerland. Le 6, à Ars, Jean-Paul II propose Jean-Marie Vianney comme modèle des prêtres du monde et traite de la crise des vocations. Le 7, après un passage à Annecy, où il s'adresse aux évêques de France, le pape retourne à Lyon où, condamnant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « JEAN MARIE VIANNEY saint (1786-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-vianney/