GOL JEAN (1942-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La disparition brutale de Jean Gol, le 18 septembre 1995, fut unanimement ressentie, dans le monde politique belge et dans les médias, comme celle d'un des éléments les plus brillants de sa génération. Juriste de formation, avocat, enseignant à l'université de Liège, c'est surtout par son itinéraire politique qu'il retient l'attention.

Son premier engagement le situe dans la tendance de gauche du Parti socialiste belge, dont le congrès de décembre 1964 consacre une première rupture : comme François Perin, son maître à l'université mais aussi dans l'action politique, il participe à la fondation du Parti wallon des travailleurs puis, avec les fédérations de celui-ci qui n'ont pas conclu d'alliances électorales avec les communistes, à la création du Parti wallon. L'option régionaliste prime toute autre jusqu'à la formation sur des bases plus larges du Rassemblement wallon en 1968. Jean Gol accède cette année-là à son premier mandat électif, celui de conseiller provincial de Liège.

Sa carrière le conduit ensuite au Parlement (député de Liège à partir de 1971) puis au gouvernement (secrétaire d'État à l'Économie régionale wallonne dans un gouvernement de coalition avec les sociaux-chrétiens et les libéraux de 1974 à 1977). Son parti, le Rassemblement wallon, traverse une grave crise en 1976 : Jean Gol participe alors, avec François Perin, à la constitution d'une formation nouvelle avec les libéraux wallons : le Parti des réformes et de la liberté de Wallonie (P.R.L.W.). Il y joue un rôle de premier plan et patronne le regroupement, en 1979, des libéraux wallons et bruxellois francophones au sein du Parti réformateur libéral (P.R.L.), qu'il préside et conduit à la victoire aux élections de 1981.

Ce sont alors les années des gouvernements Martens-Gol de coalition (centre, sociaux-chrétiens et libéraux) auxquels, comme vice-Premier ministre et comme ministre de la Justice, il imprime sa marque et fixe des priorités.

Après le retour à l'opposition en 1988, Jean Gol redevient président du P.R.L. en 1992 et négocie avec les fédéralistes b [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : président-directeur général du Centre de recherche et d'information sociopolitiques, Bruxelles

Classification

Les derniers événements

28 novembre 1985 Belgique. Formation du sixième gouvernement Martens

Jean Gol (libéral francophone, P.R.L., chargé de la Justice et des Réformes institutionnelles), Charles-Ferdinand Nothomb (social-chrétien francophone, P.S.C., chargé de l'Intérieur, de la Fonction publique et de la Décentralisation) et Guy Verhofstadt (libéral flamand, P.V.V., chargé du Budget, de la Politique scientifique et du Plan), et de onze  […] Lire la suite

6-16 juillet 1985 Belgique. Crise gouvernementale

Jean Gol, ministre de la Justice, également vice-Premier ministre, mais libéral, remet sa démission au Premier ministre, Wilfried Martens. Le 16, les cinq ministres libéraux francophones ayant imité le geste de Jean Gol, le Premier ministre remet la démission de son gouvernement de coalition (sociaux-chrétiens et libéraux) au roi Baudouin. Mais celui-ci […] Lire la suite

9-23 septembre 1983 Belgique. Grève des services publics

Jean Gol. Le 20, les syndicats décident la poursuite du mouvement, qui prend dès lors un tour plus politique. Le 21, deux des trois centrales de la fonction publique (chrétienne et libérale) acceptent un « préaccord » négocié avec le gouvernement : le revenu des fonctionnaires est garanti jusqu'en 1985. Le 23, la centrale socialiste accepte à son tour […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier MABILLE, « GOL JEAN - (1942-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gol/