PILINSZKY JÀNOS (1921-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 27 novembre 1921 à Budapest, dans une famille d'intellectuels, Jànos Pilinszky fait ses études chez les piaristes ; en 1939 il s'inscrit à la faculté des lettres de Budapest, suit des cours d'histoire de l'art et devient rédacteur adjoint de Élet (« Vie »), hebdomadaire catholique. Ses premiers poèmes sont la description exacte et dénudée de l'individu perdu dans le monde, ils expriment comme évidence le tragique de la créature esseulée dans la société et dans l'univers. En 1944, Pilinszky est mobilisé : la retraite de l'armée hongroise le conduit en Allemagne et, après la fin de la guerre, affamé, il erre dans les camps de concentration libérés. À la fin de 1945, il rentre en Hongrie et devient un des rédacteurs de l'éphémère mais importante revue Ujhold (« Nouvelle Lune »). La guerre, la vue du « scandale » des camps d'extermination renforcent en lui son expérience fondamentale et les poèmes de son premier recueil font état de l'asservissement total de l'homme : « Ce qu'il a vécu dans les camps, écrit Ted Hughes, a brisé le septième sceau, a révélé le nouvel homme, l'humanité mise à nu, de sorte qu'il n'en est resté que la ténacité biologique des cellules. » Ses poésies contre la guerre et le fascisme deviennent de ce fait l'expression concise de l'aliénation et de l'angoisse existentielle de l'homme moderne. Dans ses poèmes, parus à l'ère du stalinisme, la terminologie et l'imagerie catholiques suggèrent « la douleur de l'innocent », ses visions – telle sa poésie la plus connue, Apocryphe, traduite en français par Pierre Emmanuel – sont aussi arides que rayonnantes, car la solitude et la souffrance poussées jusqu'aux mythes prévalent sur la certitude de la grâce. Ses deux oratorios, Requiem et Sötét mennyország (« Paradis noir »), inspirent le même désespoir ; ils posent de nouveau la question cruciale : après Auschwitz, est-il encore possible d'écrire de la poésie ? À partir de 1949, Pilinszky est collaborateur d'un hebdomadaire catholique, Uj Ember (« Homme nouveau ») ; c'est là qu'il publie ses traductions de Sim [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PILINSZKY JÀNOS (1921-1981)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'affranchissement des idéologies »  : […] Depuis les années 1980, la disparition progressive des contraintes idéologiques, qui va de pair avec les bouleversements qui aboutiront à la chute du régime communiste, favorise le pluralisme de la vie littéraire et artistique. Ainsi, bien avant les changements décisifs intervenus dans les années 1991-1992, les écrivains de valeur vont chercher leu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_85426

Pour citer l’article

Pal REZ, « PILINSZKY JÀNOS - (1921-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/janos-pilinszky/