JACQUES II (1430-1460) roi d'Écosse (1437-1460)

Monté sur le trône en 1437, après le meurtre de son père Jacques Ier, Jacques II n'exerça le pouvoir qu'à partir de 1449, année de son mariage avec Marie de Gueldre, nièce de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. L'aristocratie ayant profité de la minorité du roi pour relever la tête et causer bien des troubles, le conflit éclate en 1450 entre Jacques II et la plus puissante famille du pays, les Black Douglas qui dominent le sud de l'Écosse. La lutte, entrecoupée de trêves et de réconciliations, se termine en 1455 par la victoire du roi, qui s'est appuyé sur une armée rénovée et dotée d'une solide artillerie achetée aux Pays-Bas avec la dot de la reine. Les biens des vaincus sont confisqués au profit de la Couronne. Son œuvre intérieure est assez limitée. Il continue la politique paternelle, défend les prérogatives de la monarchie contre les prétentions pontificales et, dans le domaine social, garantit les droits des tenanciers. En revanche, la politique étrangère tient une place importante, surtout dans la seconde partie du règne. Les négociations avec la France sont nombreuses et, en 1448, l'alliance est renouvelée. Jacques II cherche à profiter de la guerre des Deux-Roses pour se débarrasser des dernières positions anglaises en Écosse, mais, en assiégeant Roxburgh, il est tué par l'explosion d'un de ses canons.

—  Paul BENOÎT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Paris-I

Classification

Pour citer l’article

Paul BENOÎT, « JACQUES II (1430-1460) - roi d'Écosse (1437-1460) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-ii-1430-1460-roi-d-ecosse-1437-1460/