JASMIN JACQUES BOÉ dit (1798-1864)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant la venue de Mistral, Jasmin fut le plus célèbre des poètes occitans. Ce coiffeur agenais, d'origine modeste, sut, dans ses poèmes écrits en dialecte gascon, rencontrer la sensibilité populaire du Sud-Ouest français. Il y exalte la bonté et les qualités de cœur des humbles, d'où les surnoms de « Perruquier d'Agen », de « saint Vincent de Paul de la lyre » ou d'« Homère sensible des prolétaires » (Lamartine). Ses œuvres (Lou Chalibari, Las Papillotos, L'Abuglo de Castel-Culié), avec leurs personnages au destin dramatique et touchant, soulevèrent l'enthousiasme ; d'autant que Jasmin récitait lui-même ses poèmes, allant de ville en ville, attirant les foules et leurs ovations. Sainte-Beuve et Nodier s'intéressèrent à lui, Louis-Philippe le subventionna. Jasmin n'admit point de disciples et se tint à l'écart du félibrige.

—  Claude BURGELIN

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Classification

Autres références

«  JASMIN JACQUES BOÉ dit (1798-1864)  » est également traité dans :

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissances et renaissances, nouvelles écritures »  : […] Au lendemain de la période révolutionnaire, les progrès de la francisation s'accélèrent dans l'ensemble des pays de langue d'oc. Ces progrès, qui concernent déjà toutes les couches de la société pendant la première moitié du xix e  siècle, vont être pour une bonne part à l'origine d'une double réaction devant le risque d'une disparition, à terme, des usages populaires de la langue. D'un côté, on a […] Lire la suite

Les derniers événements

3-14 janvier 2022 Tunisie. Poursuite de la lutte entre le pouvoir et Ennahda.

Les manifestants dénonçaient le déplacement, décidé par le président Kaïs Saïed en décembre 2021, du jour anniversaire de la « révolution du jasmin » du 14 janvier au 17 décembre, date de l’immolation du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi en 2010.  […] Lire la suite

2-17 décembre 2021 Tunisie. Annonce d'un calendrier électoral.

Le 2, le président Kaïs Saïed annonce le changement de la date de la commémoration de la « révolution du jasmin » qui était le 14 janvier, jour de la chute du président Zine el-Abidine Ben Ali en 2011, pour lui substituer celle du 17 décembre, jour anniversaire de l’immolation du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid en 2010. Il estime que la révolution ne s’est pas achevée en 2011 et qu’elle est toujours en marche. […] Lire la suite

14-26 janvier 2021 Tunisie. Affrontements entre manifestants et policiers.

Le 14, aucune manifestation ne marque le dixième anniversaire de la « révolution de jasmin » et de la démission du président Zine el-Abidine Ben Ali, en raison du confinement de quatre jours instauré par le gouvernement à la suite de l’aggravation de la situation sanitaire liée à la Covid-19. Le 15 et les jours suivants, des jeunes des quartiers populaires de Tunis et d’autres villes du pays affrontent les forces de l’ordre. […] Lire la suite

22-24 décembre 2017 Émirats arabes unis – Tunisie. Crise diplomatique.

Les relations entre les deux pays sont tendues depuis la « révolution de jasmin » de 2011 et l’arrivée au pouvoir, à Tunis, du parti islamiste Ennahda, lié au Qatar. Les vols d’Emirates seront de nouveau autorisés le 4 janvier 2018 à la suite de la levée de l’interdiction pesant sur les Tunisiennes. […] Lire la suite

17 décembre 2017 Tunisie. Appel contre l'« offensive antidémocratique » du pouvoir.

À l’occasion du septième anniversaire du déclenchement de la « révolution de jasmin » à Sidi Bouzid, un millier d’intellectuels, de militants associatifs, d’enseignants, de membres de professions libérales signent un appel à « défendre le pays, la Constitution et les libertés » contre l’« offensive antidémocratique » du pouvoir. Ils dénoncent « les groupes affairistes et mafieux qui apparaissent comme les principaux bénéficiaires du renversement de l’ancien régime », alors qu’« aucune des revendications essentielles de la population n’a reçu le moindre début de satisfaction ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude BURGELIN, « JASMIN JACQUES BOÉ dit (1798-1864) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-boe-dit-jasmin/