ANDRIĆ IVO (1892-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romancier

Les romans d'Andrić restent tout à fait dans la même lignée. Composé d'une façon originale et hardie, Il est un pont sur la Drina se présente comme une suite de nouvelles reliées entre elles, où l'existence collective se mêle aux drames particuliers. Le récit couvre les quatre siècles de l'histoire du pont, depuis sa construction par Mehmed Pacha Sokoli, le grand vizir d'origine bosniaque, jusqu'à l'époque où, après une lente dégradation, il n'en reste plus que les ruines des deux arches qui se tendent vainement l'une vers l'autre. Cependant, les générations ont passé, et le pont seul a résisté au temps, dominant le réseau dramatique et embrouillé des rapports humains, image de la beauté durable du rêve de l'homme qui défie ce que le destin emporte dans le secret du néant. Cet antagonisme de l'éphémère et de l'éternel est un élément important de la philosophie d'Andrić. Subordonné au temps, qui en est le principal facteur, le récit se déroule selon un rythme toujours égal qui lui donne le ton d'une véritable chronique, tandis que l'auteur, simple spectateur, se borne à décrire la dure expérience de l'histoire et de la vie.

La Chronique de Travnik reprend, une fois encore, les mêmes données, mais dans un sens différent : deux consuls, l'un français, l'autre autrichien, envoyés en mission dans une ville de Bosnie au temps des guerres de Napoléon, se trouvent jetés dans un monde étranger et quittent un milieu civilisé pour un univers sauvage et inconnu dont la population leur est hostile. Trop terrifiés pour chercher à comprendre ce pays, ils se replient sur eux-mêmes et s'absorbent dans leurs petites rivalités. Ce n'est pas sans ironie que l'auteur s'attarde à décrire leurs longs monologues intérieurs et leurs tristes méditations, cependant qu'à côté de ces petits drames personnels se joue le destin de la Bosnie, déchirée par les haines raciales et religieuses, dans les échos de la première insurrection serbe. Le consul Pierre Daville n'en poursuit pas moins la composition de son poème épique sur Alexandre, tandis que son collègue von Mitterer se passionn [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANDRIC IVO (1892-1975)  » est également traité dans :

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 482 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Littérature »  : […] La littérature de Bosnie-Herzégovine, née au carrefour historique et géographique des traditions orthodoxe, catholique, islamique et judaïque, constitue un ensemble multinational dont les composantes, avec toutes leurs spécificités, n'en sont pas moins l'expression d'un esprit commun et universel, qu'il soit yougoslave, balkanique ou européen. Un des exemples éclatants de cette communauté dans le […] Lire la suite

LA CHRONIQUE DE TRAVNIK, Ivo Andrić - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 964 mots

C'est en 1942, dans Belgrade occupée par les nazis, alors que les réfugiés affluent et que les communautés s'entre-déchirent qu'Ivo Andrić rédige La Chronique de Travnik . Elle sera publiée à Belgrade en 1945 en même temps que Le Pont sur la Drina et La Demoiselle . […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès REBATTET, « ANDRIĆ IVO - (1892-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ivo-andric/