ISABELLE D'AUTRICHE (1566-1633)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille du roi Philippe II d'Espagne et de sa troisième femme Élisabeth de Valois, Isabelle fut proposée sans succès, par son père, comme héritière catholique au trône d'Angleterre après l'exécution, en 1587, de Marie Stuart et, par sa mère, comme prétendante au trône de France après l'assassinat de son oncle Henri III en 1589. En épousant Albert, archiduc d'Autriche, elle reçut en dot la souveraineté conjointe avec lui sur les Pays-Bas, sous réserve que ceux-ci retourneraient à la couronne d'Espagne s'ils mouraient sans enfants. Étant donné que les sept provinces septentrionales (Provinces-Unies) des Pays-Bas étaient indépendantes, Isabelle et Albert lorsqu'ils se marièrent (avril 1599) ne régnaient, en réalité, que sur les dix provinces des Pays-Bas méridionaux. Leurs efforts, tant diplomatiques que militaires (en particulier contre Maurice de Nassau), pour réunifier les dix-sept provinces échouèrent. À la mort d'Albert, en 1621, la souveraineté sur les Pays-Bas espagnols revint à l'Espagne, et Isabelle en resta, jusqu'à sa mort, seule gouvernante au nom de son neveu le roi Philippe IV d'Espagne.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« ISABELLE D'AUTRICHE (1566-1633) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/isabelle-d-autriche/