NÉMIROVSKY IRÈNE (1903-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née en 1903 à Kiev, Irène Némirovsky appartient à la grande bourgeoisie juive russe. En 1918, sa famille fuit la révolution bolchévique et finit par s'installer en 1919 à Paris. En 1926, elle épouse Michel Epstein, dont elle aura deux filles. Arrêtée en juillet 1942, peu avant son mari, elle est internée au camp de Pithiviers, avant d'être déportée à Auschwitz, où elle meurt dès son arrivée. Faisant suite à la redécouverte de son œuvre et à la publication par sa fille, Élisabeth Gille, d'une biographie (La Mirador, 1992) le prix Renaudot 2004 a été attribué à son roman posthume, et inachevé, Suite française.

Dès les années 1920, Irène Némirovsky commence à publier en revue des contes et des nouvelles. Après un premier roman (Le Malentendu, 1923), le succès que rencontrent David Golder (1929), qui fut porté en 1931 au cinéma par Julien Duvivier, avec Harry Baur dans le rôle principal, puis un récit bref et impitoyable, Le Bal (1930), inspiré par les rapports orageux qu'elle entretenait avec sa mère, s'explique par la maîtrise narrative de l'auteur, qui tout au long des romans publiés pendant l'entre-deux-guerres – entre autres, La Proie, 1938 ; Jézabel, 1936 ; L'Affaire Couriloff, 1933 ; Les Chiens et les loups, 1940, dernier livre paru de son vivant –, tire parti du croisement des cultures (sa gouvernante russe lui avait appris le français avant même son exil) et joue admirablement aussi bien du don d'observation hérité d'un Tchekhov ou d'un Tourgueniev que de l'empreinte des naturalistes français de la fin du xixe siècle, Maupassant ou Huysmans. Si, dans Les Mouches d'automne (1931) ou L'Affaire Couriloff, Irène Némirovsky décrit les milieux de l'émigration russe à Paris, elle témoigne dans La Proie de sa parfaite connaissance de la société française, où sa notoriété précoce l'introduisit dès les débuts de sa carrière, ce qui lui permit d'étudier l'envers du parisianisme et une certaine vanité mondaine, avec en arrière-plan la crise économique et sociale qui marqua les années 1930. Lorsque l'on sait comment la xénophobie ambiante, lors de la période qui précédait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Alain CLERVAL, « NÉMIROVSKY IRÈNE - (1903-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/irene-nemirovsky/