Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SZEWINSKA-KIRSZENSTEIN IRENA (1946-2018)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et
Irena Szewinska-Kirszenstein - crédits : Tony Duffy/ Getty Images

Irena Szewinska-Kirszenstein

Athlète polonaise née le 24 mai 1946 dans un camp de réfugiés à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg). Irena Szewinska-Kirszenstein possède l'un des plus beaux palmarès de l'athlétisme féminin (sept médailles, dont trois en or, en quatre éditions des jeux Olympiques de 1964 à 1976).

Irena Kirszenstein débute en athlétisme dans le club Polonia Warszawa au sein d’un groupe entraîné par Jan Kopyto. Elle progresse rapidement, sans délaisser les études. À dix-huit ans, elle obtient son baccalauréat et se voit sélectionnée pour participer aux jeux Olympiques de Tōkyō en 1964. Au Japon, elle brille déjà : elle est médaillée d'argent sur 200 mètres (23,1 s), devancée par l’Américaine Edith McGuire, et en longueur (6,60 m, derrière la Britannique Mary Rand, 6,76 m). Surtout, avec Teresa Ciepli-Wieczorek, Halina Górecka-Richter et Ewa Klobukowska, elle remporte la médaille d’or du relais 4 fois 100 mètres (43,6 s, record du monde).

Elle mène alors de front études universitaires et carrière sportive. Elle est prise en main par l’entraîneur Andrej Piotrowski, qui lui fait notamment travailler le départ. En 1966, elle est championne d’Europe du 200 mètres (23,1 s). Elle épouse en décembre 1967 un reporter-photographe, Janusz Szewinski, et sera désormais connue sous le nom d'Irena Szewinska-Kirszenstein. En 1968, aux Jeux de Mexico, elle enlève le 200 mètres (22,5 s ; record du monde), devant les Australiennes Raelene Boyle et Jennifer Lamy, et se classe troisième du 100 mètres remporté par l'Américaine Wyomia Tyus.

Elle met alors sa carrière entre parenthèses, donne naissance à un garçon et obtient un diplôme d’ingénieur en économie. Dès 1970, elle reprend le chemin de l’entraînement, pour préparer les Jeux de Munich. En 1972, lors de ces Jeux, elle est médaillée de bronze du 200 mètres qui voit la victoire de l'Est-Allemande Renate Stecher. Ce résultat constitue pour elle une déception et elle décide d'élargir sa palette athlétique. Elle s'oriente alors vers le 400 mètres. Néanmoins, le 13 juin 1974 à Potsdam, elle bat pour la troisième fois le record du monde du 200 mètres (22,21 s). Et, le 22 juin 1974, elle réalise une formidable performance : elle devient la première femme à courir le 400 mètres en moins de 50 secondes (49,9 s). La même année, aux Championnats d’Europe, elle prend sa revanche sur Renate Stecher, remportant le 100 mètres (11,13 s) et le 200 mètres (22,51 s). Elle affirme ainsi une suprématie mondiale sur toutes les épreuves de sprint.

En 1976, lors des Jeux de Montréal, elle est couronnée championne olympique du 400 mètres en pulvérisant le record du monde (49,29 s), devant les Est-Allemandes Christina Brehmer et Ellen Streidt, reléguées au rôle de faire-valoir. Elle tentera sans succès de conserver son titre olympique en 1980 à Moscou. Victime d’un arrachement du tendon d’Achille, elle mettra fin à sa carrière sportive.

Irena Szewinska-Kirszenstein a été membre du Comité international olympique de 1998 jusqu’à sa mort, survenue le 29 juin 2018 à Varsovie.

— Pierre LAGRUE

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Pierre LAGRUE. SZEWINSKA-KIRSZENSTEIN IRENA (1946-2018) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 17/01/2019

Média

Irena Szewinska-Kirszenstein - crédits : Tony Duffy/ Getty Images

Irena Szewinska-Kirszenstein