INTÉRIORISATION, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’étude de l’intériorisation, ou de l’incorporation, des dispositions caractéristiques d’un habitus national ou d’un habitus de classe, associées à un champ ou propres à un individu, conduit à distinguer deux cas de figure.

« Aussi longtemps, écrit Bourdieu, que le travail pédagogique n’est pas clairement institué comme pratique spécifique et autonome et que c’est tout un groupe et tout un environnement symboliquement structuré qui exerce, sans agents spécialisés ni moments spécifiés, une action pédagogique anonyme et diffuse, l’essentiel du modus operandi qui définit la maîtrise pratique se transmet dans la pratique, à l’état pratique, sans accéder au niveau du discours. On n’imite pas des “modèles” mais les actions des autres ». Les principes organisateurs des pratiques imitées ne se manifestant qu’à l’état pratique, l’inculcation est alors inconsciente. Dans cet apprentissage par simple familiarisation, l’apprenti acquiert insensiblement et inconsciemment les principes d’un art de vivre, y compris ceux qui ne sont pas connus du producteur des pratiques imitées. L’intériorisation est alors incorporation : « traitant le corps comme une mémoire, [cette pédagogie implicite] lui confie sous une forme abrégée et pratique, c’est-à-dire mnémotechnique, les principes fondamentaux de l’arbitraire culturel » qui s’expriment dans une tenue, un maintien, des manières corporelles et verbales. L’hexis désigne ces attitudes du corps, « disposition permanente, manière durable de se tenir, de parler, de marcher, et, par là, de sentir et de penser » (Bourdieu, 1972).

Ce qui est incorporé se trouve placé hors des prises de la conscience, donc à l’abri de la transformation volontaire et délibérée, à l’abri même de l’explicitation. « Les valeurs incorporées, faites corps, par la transsubstantiation qu’opère la persuasion clandestine d’une pédagogie implicite, capable d’inculquer toute une cosmologie, une éthique, une métaphysique, une politique, à travers des injonctions aussi insignifiantes que “tiens-toi droit !” » échappent à la conscience [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  INTÉRIORISATION, sociologie  » est également traité dans :

HABITUS

  • Écrit par 
  • Frédéric GONTHIER
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Dans son sens initial, l'habitus désigne une disposition acquise et stable relevant de l'éthique ou de la noétique. Dans le domaine éthique, l'habitus fait signe vers la vertu morale. Pour Aristote, l'homme vertueux actualise la manière d'être ( hexis ) sur laquelle il a délibéré (Léon Robin, 1947). La scolastique médiévale accentue le caractère actif de cette définition. L'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitus/#i_56427

Pour citer l’article

Gérard MAUGER, « INTÉRIORISATION, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/interiorisation-sociologie/