IBN FAḌLĀN (Xe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme désigné sous le nom d'Ibn Faḍlān est connu pour avoir participé à une ambassade chez les Bulgares de la Volga, sur l'ordre du calife ‘abbāside de Bagdad, al-Muqtadir. Le récit de cette ambassade a donné lieu à une « dépêche », Risāla (Kovalevski éd., Kharkov, 1956 ; S. Dahan éd., Damas, [1959] 1379 ; trad. franç. M. Canard, in Annales de l'Institut d'études orientales de la faculté des lettres de l'Université d'Alger, t. XVI, 1958), dépêche sans aucun doute destinée au calife et aux bureaux de la chancellerie bagdadienne.

L'ambassade avait pour but, en contournant l'obstacle des Khazars judaïsés installés sur la basse Volga, d'assurer, en amont, des relations essentielles pour le commerce irakien. Partie de Bagdad en ṣafar 309 (juin 921), elle arriva chez les Bulgares, installés au confluent de la Volga et de la Kama, en muḥmarram 310 (mai 922) : il s'agissait, officiellement, d'instruire, sur sa demande, le roi des Bulgares et son peuple de la religion de l'islam. La Risāla décrit non seulement les Bulgares, mais les Russes qui viennent commercer chez eux, et aussi, sur la foi d'informations orales, les Khazars. En outre, elle évoque les peuples rencontrés sur l'itinéraire : Khwarizmiens et Turcs de la mer d'Aral, Petchenègues et Bachkirs.

L'ensemble, malgré certaines accusations de « merveilleux » dont il est facile de faire justice, donne une extraordinaire impression de vérité. D'abord, il s'agit d'un récit, et d'un récit joué, vécu, les peuples décrits étant toujours présentés dans le cadre des relations entretenues avec l'ambassade, des facilités et des difficultés rencontrées, des dangers courus. Ensuite, un réel talent d'écrivain permet à Ibn Faḍlān, par des formules heureuses et un sens inné du détail à noter, de nous présenter ces peuples dans leur réalité quotidienne : pour s'en tenir à ce seul exemple, la description des funérailles d'un noble russe peut, à juste titre, être tenue par un chef-d'œuvre véritable.

La Risāla a été abondamment exploitée par les historiens de l'Europe orientale. Mais elle nous intéresse aussi parce qu'elle est typique d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  IBN FADLAN ( X e s.)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 289 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Relations des pays lointains »  : […] D'autres auteurs se proposent l'espace étranger au monde de l'Islam. Les marchands, d'abord, qui suivent la voie royale du grand commerce lointain vers les mers de l'Inde et de la Chine, et qui rapportent de leurs voyages une foule de renseignements sur les pays visités, leurs sociétés et leurs mœurs, les produits achetés, les escales, les itinéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_44137

Pour citer l’article

André MIQUEL, « IBN FAḌLĀN (Xe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-fadlan/