IBN ‘AṬĀ' ALLĀH D'ALEXANDRIE TĀDJ AL-DĪN ABŪ L-FAḌL (mort en 1309)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'Alexandrie, Ibn ‘Aṭā Allāh vit et meurt au Caire. Il s'attache à l'école mystique d'al-Shādhilī et a pour maître Abū l-‘Abbās Aḥmad b. ‘Alī al-Anṣārī al-Mursī, mort en 1287. Il écrit sur l'ascétisme et le mysticisme. Son livre intitulé Al-Ḥikam al‘aṭā'iyya a été commenté par Ibn ‘Abbād al-Rundī, mort en 1394.

Il est l'adversaire déclaré du grand théologien ḥanbalite Ibn Taymiyya, qui, de son côté, accuse le mysticisme d'introduire des innovations en Islam. On a dit qu'Ibn ‘Atā' Allāh veut, en cette occasion, défendre ce maître de la mystique ésotérique qu'est Ibn al-‘Arabī al-Mursī. P. Nwyia, dans l'édition critique, avec traduction, qu'il a donnée des Ḥikam (Beyrouth, 1972), pense que ce n'est pas exact. Il s'agirait moins de doctrines que de personnes ; et, pour Ibn ‘Aṭā' Allāh, les maîtres qui s'imposent étaient Shādhilī et Mursī. Son but est justement de montrer que ces maîtres ont tous les signes de la walāya, qu'ils sont des awliyā' (pluriel de walī : « ami de Dieu », « saint »). Ces awliyā' sont « le lieu de l'épiphanie (maẓhar) de la lumière prophétique, le miroir où se reflète la lumière des connaissances du Prophète » (P. Nwyia).

Les Ḥikam constituent une série de réflexions et de maximes d'une haute portée spirituelle, intéressantes moins par leur originalité que par leur ton et leur beauté. En voici un exemple : « Les œuvres sont des formes figées ; la vie y pénètre par le secret de l'intention pure. »

—  Roger ARNALDEZ

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « IBN ‘AṬĀ' ALLĀH D'ALEXANDRIE TĀDJ AL-DĪN ABŪ L-FAḌL (mort en 1309) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-ata-allah-d-alexandrie-tadj-al-din-abu-l-fadl/