Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HORST PAUL ALBERT BOHRMANN dit (1906-1999)

Le photographe Horst Paul Albert Bohrmann est né le 14 août 1906 à Weissenfels-an-der-Saale, en Allemagne. Inscrit à la Kunstgewerbeschule de Hambourg en section architecture intérieure, l'adolescent écrit à Le Corbusier une lettre pleine d'admiration. Le grand architecte l'invite à venir terminer sa formation dans son agence, à Paris. Le stage, commencé en janvier 1930, tourne court. Le jeune Allemand est agréable et cultivé, il fréquente et séduit le milieu artistique de Montparnasse. L'esthète américain Gerald Kelly le présente à George Hoyningen-Huene, baron russe et photographe de mode. Celui qu'on appelle déjà simplement Horst deviendra le modèle et l'ami du baron qui lui ouvre les portes de la brillante société du Paris des années 1930. Mehemed Agha, directeur artistique de l'édition américaine de Vogue, lui propose de devenir photographe lui-même, après un apprentissage au studio parisien de Vogue, aux Champs-Élysées. Horst se montre doué, Vogue publie une de ses photographies dès novembre 1931. Condé Nast, l'éditeur de Vogue, lui propose de venir aux États-Unis travailler sur l'édition américaine du magazine. L'immigrant perdra vite ses illusions. À New York, le studio de Vogue est petit, mal équipé, le travail est monotone, l'enfant chéri de Montparnasse n'est personne à Manhattan. Son contrat de six mois achevé, Horst revient à Paris.

Sa carrière ne commence vraiment qu'en 1934, avec le départ de Hoyningen-Huene pour Hollywood. Succédant à son mentor, Horst devient le photographe en titre de l'édition parisienne de Vogue. Avec les collections de Vionnet, Chanel, Alix, Balenciaga, Mainbocher, Horst affirme son style, compose avec les ombres, cultive le goût du décor et des accessoires. Ses photos des chapeaux noirs de Schiaparelli sont remarquées pour leur invention. Autonome et reconnu, Horst devient l'ami de Marie-Laure de Noailles, de Jean Cocteau, de Coco Chanel. Condé Nast lui propose une nouvelle collaboration à New York, cette fois aux meilleures conditions. Horst accepte, avec l'assurance de revenir souvent à Paris, où commencera une amitié ombrageuse mais durable avec Luchino Visconti.

En 1939, sentant l'imminence de la guerre en Europe, Horst décide de s'installer définitivement à New York. En 1941, l'entrée en guerre des États-Unis fait de l'Allemand Horst Bohrmann un ennemi intérieur. Une visite médicale le déclare apte, malgré son âge, à porter les armes. Mobilisé en juillet 1943, le soldat Bohrmann, doit, le 21 octobre, prêter allégeance au gouvernement des États-Unis. Il devient citoyen américain sous le nom de Horst P. Horst. Photographe pour les revues Outfit et Yank, il réalise en 1944 le portrait du président Truman avant de publier son premier livre, Horst Photographer of a Decade.

La fin de la guerre lui rend sa place de photographe à Vogue. Alexander Liberman, le successeur de Mehemed Agha, l'envoie dès 1946 à Paris, pour photographier les premières nouvelles collections. Horst, qui découvre une société éprouvée par l'Occupation, fait quelques portraits de personnalités (Michèle Morgan, Olivier Messiaen, Maurice Thorez notamment).

De retour aux États-Unis, et sans cesser de travailler pour la mode, Horst collabore au magazine House & Garden, il commence à s'intéresser à la photographie des plantes. Il achète en 1947 une villa à Oyster Bay Cove, sur Long Island, se lie d'amitié avec le diplomate anglais Valentine Lawford, avec lequel il fait un long voyage au Liban, en Syrie et en Iran. Ses photos de Persépolis viennent enrichir la part de son œuvre consacrée à la sculpture antique. Les studios new-yorkais de Vogue ferment en 1951, obligeant Horst à ouvrir le sien. Agacé par les critères des nouveaux directeurs artistiques des revues de mode, il souscrit en 1961 au projet de Diana Vreeland,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HOYNINGEN-HUENE GEORGE (1900-1968)

    • Écrit par Hervé LE GOFF
    • 692 mots

    Avec ses photographies de campagnes publicitaires pour les collections 1929-1930 de maillots de bains Izod, Lelong, Lanvin, Schiaparelli ou Molyneux, George Hoyningen-Huene révolutionnait la photographie de mode. La photographie était pourtant un domaine nouveau chez ce mondain que la société parisienne...

Voir aussi