HIRAYAMA IKUO (1930-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre japonais. Né en 1930 à Setoda, dans la préfecture d'Hiroshima, Hirayama Ikuo est un survivant de la bombe atomique qui a dévasté la ville japonaise le 6 août 1945. Il devient adepte du bouddhisme et sort diplômé de l'école des Beaux-Arts de Tōkyō. Représentant du mouvement artistique Nihonga apparu à la fin du xixe siècle en réaction à la peinture occidentale, Hirayama pratique des techniques classiques qui utilisent des mélanges de pigments minéraux naturels broyés (feuilles, poudres métalliques, coquillages, terre) appliqués avec une colle organique sur du papier japonais, de la soie, du bois ou de la toile. Son œuvre est fortement inspirée par le bouddhisme, comme on le voit avec Bukkyo Denrai (Transmission du bouddhisme, 1959), peinture consacrée à Xuan Zang, moine bouddhiste chinois du viie siècle. En 1962, Hirayama bénéficie d'une bourse de l'U.N.E.S.C.O. qui lui permet de poursuivre ses études en Europe. Il renoue avec sa ville d'origine quand il peint une toile composée de six panneaux et intitulée Holocauste de Hiroshima (1979) où la divinité bouddhique courroucée Fudo-myoo consume par ses flammes les souillures du monde et guide les êtres gouvernés par la violence sur le chemin de l'éveil. Il peint de nombreux paysages et sites historiques de l'Asie centrale, et plus spécifiquement ceux de la Route de la soie considérée comme un lien culturel symbolique entre l'Orient et l'Occident. Son action en faveur du patrimoine culturel mondial fait de lui, à partir de 1989, un ambassadeur de bonne volonté auprès de l'U.N.E.S.C.O. Il soutient cette cause en représentant à travers ses peintures les monuments qui se trouvent à la croisée de la Route de la soie (Palmyre, Taj Mahal, Mosquée bleue d'Istanbul, etc.) et en militant pour la sauvegarde des trésors culturels tels qu'Angkor Vat (Cambodge), les grottes de Mogao à Dunhuang (Chine), la vallée de Bāmiyān (Afghanistan) et l'ensemble des tombes de Koguryo (Corée du Nord). Professeur à l'Université des beaux-arts de Tōkyō, il fonde un Institut d'étude sur la Route de la soie à Kamakura (aux environs de Tōkyō) et contribue, par des dons, à la rénovation du musée Guimet à Paris, où il expose en 1991.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« HIRAYAMA IKUO (1930-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hirayama/