HIPPARQUE DÉCOUVRE LA PRÉCESSION DES ÉQUINOXES

Hipparque de Nicée (ou Hipparque de Rhodes, premier quart du iie siècle-après 127 avant J.-C.) est sans conteste le plus grand astronome de l'Antiquité. Parmi ses nombreuses découvertes, la plus importante est celle de la précession des équinoxes (déjà entrevue par les Chaldéens), c'est-à-dire de la dérive lente – d'est en ouest par rapport aux étoiles, considérées comme fixes – du point vernal (ou point gamma), qui marque la position du Soleil sur l'écliptique à l'équinoxe de printemps. Hipparque a trouvé pour cette dérive une valeur égale à 46 secondes d'angle par an, très proche de la dérive réelle (50,29). C'est Newton qui fournira la théorie de la précession dans ses Principia mathematica (1687) : l'axe de rotation de la Terre décrit en 25 800 ans environ un cône de demi-angle au sommet égal à 230 27' ; il en résulte une rotation du point vernal sur l'écliptique par rapport aux étoiles, avec la même période. Hipparque a aussi découvert que l'orbite de la Terre n'est pas tout à fait un cercle centré sur le Soleil, il a mesuré la distance de la Terre à la Lune, qu'il a estimée entre 59 et 67 rayons terrestres (la valeur moyenne réelle est 60), et a élaboré le premier catalogue d'étoiles de bonne qualité, recensant 850 objets. Il a également contribué à l'émergence de la trigonométrie.

—  James LEQUEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « HIPPARQUE DÉCOUVRE LA PRÉCESSION DES ÉQUINOXES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hipparque-decouvre-la-precession-des-equinoxes/