DUHAMEL DU MONCEAU HENRI LOUIS (1700-1782)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'Alexandre du Hamel, seigneur de Denainvilliers, dans le Gâtinais, Duhamel du Monceau naît à Paris, fait ses études au collège d'Harcourt et, insatisfait de son savoir, forme le vœu de consacrer sa vie à la science. Pour être tout à elle, il ne se marie pas. Il habite près du Jardin du roi, l'un des rares endroits où il puisse apprendre ce qu'il désire savoir et où il fréquente Bernard de Jussieu, Goeffroy, Vaillant.

Sa première recherche personnelle porte sur la « mort du safran ». Au printemps, des feuilles sèchent, les bulbes noircissent et meurent et le mal s'étend de proche en proche dans le champ. Duhamel trouve au contact de l'oignon des corps rouge foncé d'où partent des filaments violets. Or un bulbe sain mis en terre dans un pot avec un corps rouge noircit et meurt, tandis que la terre est pleine de filaments violets : la mort est causée par un champignon parasite. Ce travail est publié dans les Mémoires de l'Académie des sciences en 1728, et Duhamel est nommé à un poste d'adjoint-chimiste dans cette même Académie ; en effet, il réalise quelques excellents travaux de chimie, donnant une définition parfaite de la méthode chimique. Il s'intéresse aussi à la physique. Mais c'est à juste titre qu'il devient associé-botaniste (1730), puis pensionnaire-botaniste (1738) à l'Académie ; car c'est de botanique que traite son œuvre principale.

Par exemple, il étudie la croissance de l'arbre ; faut-il croire, avec Malpighi, que c'est la couche interne de l'écorce qui produit une nouvelle couche de bois ? ou bien, avec Hales, que c'est le bois le plus jeune qui se développe vers l'extérieur ? ou bien serait-ce un suc gélatineux, le cambium, qui, s'amassant au contact du bois, en organiserait une couche nouvelle ? Il fait toutes sortes d'expériences ; greffes, mise en place d'une lame mince d'étain ou de fils d'argent qu'il fait passer à des niveaux divers, bois jeune, liber, écorce. Il les recherche dans le tronc après deux ou trois ans ; il montre ainsi que ce n'est pas le bois qui crée devant lui le bois jeune ; mais en l'ab [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : ancien professeur de botanique à la faculté des sciences de Paris, membre de l'Académie des sciences

Classification


Autres références

«  DUHAMEL DU MONCEAU HENRI LOUIS (1700-1782)  » est également traité dans :

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Objectifs et méthode de la physiologie »  : […] Il est aisé de comprendre pourquoi l'anatomie du corps humain a d'abord dominé et inspiré la connaissance de ses fonctions, pourquoi on a estimé que, dans beaucoup de cas, on pouvait se faire une idée des fonctions à partir de l'inspection de la forme et de la structure des organes. Mais il s'agissait de structures à l'échelle macroscopique et de fonctions initiales ou terminales de processus comp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lucien PLANTEFOL, « DUHAMEL DU MONCEAU HENRI LOUIS - (1700-1782) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-louis-duhamel-du-monceau/