PADILLA HEBERTO (1932-2000)

Poète cubain, Heberto Padilla naît le 20 janvier 1932 à Puerta de Golpe, dans la province de Pinar del Río. Après avoir fréquenté des écoles élémentaires et secondaires dans sa région natale, il étudie le droit à l'université de La Havane, mais ne termine pas son cursus. De 1949 à 1952 et de 1956 à 1959, il vit aux États-Unis. Après la révolution de 1959, il rentre à Cuba, où il publie un recueil de poèmes intitulé El justo tiempo humano (1962). Il voyage à travers l'Europe en tant que représentant du ministère du Commerce cubain et correspondant pour plusieurs publications nationales. En 1968, le volume de poésie Fuera del juego (Hors-Jeu) reçoit le prix annuel que l'Union nationale des écrivains et artistes cubains décerne à ce genre littéraire. Cependant l'ouvrage, qui constitue l'une des premières expressions de la dissidence, paraît accompagné d'une postface qui le déclare contre-révolutionnaire.

Accusé d'avoir produit des écrits subversifs, Padilla est emprisonné avec sa femme en 1971, une incarcération qui déclenche de vives protestations chez un certain nombre de personnalités – Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Mario Vargas Llosa et Julio Cortázar, notamment –, d'organisations et de gouvernements. Nombre de ceux qui critiquent alors le régime cubain faisaient auparavant partie de ses fidèles, et la controverse divise profondément les intellectuels et les artistes latino-américains. Padilla doit se livrer en public à une autocritique dans laquelle il dénonce, chez lui et d'autres personnes, des attitudes et des activités contraires au régime de Fidel Castro, un simulacre qui ne fait qu'accroître les protestations à l'étranger. Il est alors assigné à résidence avant de se voir, en 1980, autorisé à quitter le pays pour se rendre aux États-Unis, où il enseigne dans plusieurs établissements supérieurs et publie un roman autobiographique sur sa vie pendant la révolution cubaine, En mi jardín pastan los héroes (1981, Dans mon jardin paissent les héros). L'année suivante, il signe un recueil de poèmes, El hombre junto al mar, dont certains sont traduits sous le titre Héritages : poèmes choisis. En 1989, il publie ses Mémoires, intitulés La mala memoria (La Mauvaise Mémoire).

La poésie de Padilla, d'un abord apparemment simple, intègre en son sein les événements de l'histoire saisie dans son déroulement. L'auteur s'y montre attaché à la vie quotidienne et semble redouter l'invasion du politique, auquel il sait pourtant qu'il ne peut échapper. Heberto Padilla meurt le 25 septembre 2000 à Auburn, en Alabama.

—  Roberto Gonzalez ECHEVARRIA, Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PADILLA HEBERTO (1932-2000)  » est également traité dans :

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 812 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Entre révolte et exil »  : […] En 1971, le poète Heberto Padilla (1932-2000) est arrêté, un de ses livres ayant été jugé « contre-révolutionnaire », et contraint de se livrer en public à une autocritique. Il publiera par la suite un roman où il revient sur cette expérience, Dans mon jardin paissent les héros (1981). L'« affaire Padilla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/#i_32604

Pour citer l’article

Roberto Gonzalez ECHEVARRIA, « PADILLA HEBERTO - (1932-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heberto-padilla/