FATHY HASSAN (1900-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une riche famille de propriétaires fonciers vivant alternativement au Caire et à Alexandrie, l'architecte égyptien Hassan Fathy s'est imposé comme le champion de l'« autoconstruction », ce mouvement de la fin des années 1960 qui s'appliqua à valoriser les « architectures sans architectes », le retour aux traditions vernaculaires, la participation des populations pauvres à l'édification de leurs maisons.

Personnalité paradoxale et controversée, tenue par les uns pour un véritable saint, pour un gourou formant nombre de disciples dans le monde, dénoncé comme illuminé mystique et rétrograde pour les autres, « Hassan Bey » s'est intéressé très tôt, dès la fin des années 1930, aux traditions indigènes de son pays, à l'authenticité culturelle du monde rural les opposant aux désordres, à la corruption que lui paraissaient engendrer les techniques et les modèles importés d'Occident. Il a développé une vision poétique, presque bucolique des anciennes vertus paysannes du monde islamique et cherché à faire de l'homme, considéré comme participant intimement de la nature, le centre d'une architecture qui, ainsi, retrouverait harmonie et sagesse.

La maison, ce refuge, cet univers privé où s'épanouirait l'individualité, bien à l'abri de « cette avalanche qu'on se plaît à appeler civilisation », constitue le centre d'une réflexion que Fathy a tenté d'élargir à l'échelle du village à l'occasion d'opérations aussi célèbres que malheureusement inabouties, comme celle de Gourna, dont il tira un ouvrage, Construire avec le peuple (1969), qui devait connaître une diffusion universelle.

Dédié « aux paysans », le volume s'ouvre sur une description d'un « paradis perdu : la campagne », qu'il avait entrevu, enfant, par les fenêtres du train d'Alexandrie mais qu'il ne découvrit véritablement qu'à vingt-sept ans. Dès 1937, et bien qu'ayant été formé dans la tradition beaux-arts de l'École polytechnique du Caire, Fathy exposa des gouaches de maisons traditionnelles en briques de terre. En 1941, alors que la guerre rendait coûteux le béton armé, l'acier et même le bois de charpente, il dé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FATHY HASSAN (1900-1989)  » est également traité dans :

HONDELATTE JACQUES (1942-2002)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 863 mots

Jacques Hondelatte est né le 10 mai 1942 à L'Absie (Deux-Sèvres), il est mort à Bordeaux le 2 février 2002. Diplômé de l'École d'architecture de Bordeaux en 1969, il travaille comme urbaniste-conseil à la Direction départementale de l'Équipement de la Gironde (1967-1969) et comme architecte-conseil au Centre d'étude de l'équipement (Cete) de Bordeaux (1969-1973). Pendant dix ans (1967-1977), il mè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-hondelatte/#i_93452

Pour citer l’article

François CHASLIN, « FATHY HASSAN - (1900-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-fathy/