MULISCH HARRY (1927-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Porteuse dans ses moindres recoins de l'empreinte d'un incorrigible apprenti sorcier, l'œuvre de Harry Mulisch constitue à elle seule une littérature néerlandaise hermétique, inscrite davantage dans la lignée de Goethe, Kafka et Thomas Mann que dans le réalisme qui domine l'après-guerre. Romans, nouvelles, poèmes, essais, reportages, pièces de théâtre, livrets d'opéra, tout chez Mulisch est régi par cet hermétisme paradoxalement accessible, comme en témoigne le succès de ses ouvrages à travers le monde. Le paradoxe deviendra d'ailleurs son image de marque, en raison d'un univers romanesque où destruction et création, amour et violence se confondent systématiquement. La guerre a beau rendre Mulisch proche de romanciers comme W. F. Hermans et Hugo Claus, il n'en bifurquera pas moins vers la mythologie et la fantasmagorie. Et on le verra créer son propre mythe. « C'est moi la Seconde Guerre mondiale », affirme-t-il un jour. Il faut bien lui accorder que l'ambiguïté de ses origines ne pouvait que le conduire à une telle déclaration.

Harry Mulisch

Photographie : Harry Mulisch

Photographie

Harry Mulisch se voulait proche de Thomas Mann. Chez lui aussi, l'Histoire dialogue avec le mythe. 

Crédits : D.R.

Afficher

C'est en effet d'un père austro-hongrois, qui collaborera avec les Allemands pendant l'Occupation, et d'une mère juive que Harry Kurt Victor Mulisch est né à Haarlem en 1927. Il appartient à un milieu aisé et cosmopolite rapidement touché par la crise de 1929, une tragédie aggravée par la séparation des époux Mulisch en 1936. Le père réussira néanmoins à faire libérer sa femme du dépôt, tout comme il saura éviter que son fils soit enrôlé dans l'armée allemande. Livré à lui-même pendant les années de crise et d'occupation, le jeune Harry Mulisch connaît une scolarité difficile qui l'aidera beaucoup à créer un monde à lui. Il s'intéresse à la chimie, plus encore à l'alchimie, et va ensuite se diriger, pas à pas, vers la composition d'un roman, Archibald Strohalm (1952), récit rocambolesque d'un marionnettiste visionnaire qui entend élucider l'énigme universelle « par le rire ». Commencent alors, malgré une précarité tenace, ses premières années de gloire : prix littéraires, médiatisation, conquêtes f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, écrivain, traducteur, professeur de littérature française

Classification

Autres références

«  MULISCH HARRY (1927-2010)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 851 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une narrativité éparse »  : […] Après la Libération, on écrira d'abord des livres néo-naturalistes assez sombres. Tel est le cas de Simon Vestdijk – bien qu'il ne se soit jamais limité à un seul type de fiction romanesque. Il en va de même pour la romancière Anna Blaman (pseudonyme de J. P. Vrugt, 1905-1960), qui, sous l'influence de l'existentialisme, bâtit son univers sur une solitude sans issue et un érotisme totalement démy […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul GELLINGS, « MULISCH HARRY - (1927-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/harry-mulisch/