BENN GOTTFRIED (1886-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aujourd'hui reconnu comme l'un des tout premiers poètes allemands de ce siècle, Gottfried Benn est également l'auteur d'une œuvre d'essayiste et de prosateur considérable. La réflexion théorique nourrit toute la production de Benn. Elle s'organise selon trois axes principaux : contestation de la pensée scientifique moderne issue du rationalisme, pessimisme historique, élaboration d'une théorie esthétique susceptible de conjurer le nihilisme. La marque de Nietzsche y est omniprésente, mais Benn intègre aussi les théories scientifiques de son temps (philosophie de l'histoire, psychanalyse, anthropologie, paléontologie, biologie, génétique, etc.). Haine de l'« histoire » et de l'« évolution », refus de la « civilisation » utilitariste, obsession de la perte des « valeurs », sentiment de l'aliénation de l'homme animent la tentative de retrouver le fondement anthropologique de l'existence, qui réconcilierait bios et logos et reconstituerait, par là même, l'unité du Moi et du monde.

L'œuvre d'essayiste de Benn est l'expression brillante et complexe de cette pensée sans système ni synthèse. Inaugurée en 1920 par Das moderne Ich, sa phase irrationnelle culmine en 1930 avec Der Aufbau der Persönlichkeit et sa contrepartie poétologique, Zur Problematik des Dichterischen, qui prône l'extension du Moi vers les couches primitives de la personnalité. L'essai sur Goethe et les sciences de la nature (1932) est l'expression achevée du refus du « physicalisme de Newton ». Mais dès 1931 l'Éloge de Heinrich Mann puis, en 1932, le Discours à l'Académie instaurent une puissance créatrice nouvelle, l'« esprit » manifesté par la « forme » (Lebensweg eines Intellektualisten, 1934). Le mirage national-socialiste semble un moment actualiser cette union de l'esprit et de la discipline ; Sein und Werden le réfute en 1935. Le problème du statut de l'esprit sera résolu par le renoncement à toute synthèse, et par l'affirmation de son antagonisme irréductible avec la vie.

Cela se produit dans le récit Weinhaus Wolf (1937), qui préfigure la « double vie » du « Ptoléméen », l'« Artiste » qui domine le réel au moyen du jeu esthétique. Les héros des principaux textes en prose de Benn sont en effet tous confrontés à l'incohérence du monde. La prose littéraire de Gottfried Benn demeure inclassable ; les qualifications génériques de « nouvelle » ou de « roman » ne sont que des informations approximatives sur la nature de ces textes qui, en outre, intègrent tous les registres du style (Gehirne-Novellen, 1916 ; Roman des Phänotyp-Landsberger Fragment, 1944 ; Der Ptolemäer-Berliner Novelle, 1947 ; Der Radardenker, 1949).

La production dramatique se concentre au début et à la fin de la carrière de Benn : Der Vermessungsdirigent, drame épistémologique, et Karandasch, drame rapide (publiés en 1919), textes expérimentaux qui radicalisent l'expressionnisme et préfigurent le surréalisme ; Drei alte Männer (1949) et surtout Die Stimme hinter dem Vorhang (1952) qui pose, dans une période d'incertitude, le problème de l'éthique et de la religion.

L'œuvre lyrique se greffe, mais sans lui correspondre méthodiquement, sur une poétologie où dominent l'idée nietzschéenne de la transcendance de l'art et le modèle mallarméen de l'avancée poétique vers le néant. Le fait poétique majeur est alors l'« expression » (Ausdruckswelt, 1949), la technique assumant à elle seule une fonction existentielle : « Le style porte en lui la preuve de l'existence » (1934). La poésie apparaît ainsi comme réunissant deux pôles extrêmes, « la transcendance de la joie créatrice » et la régression vers les profondeurs du Moi. L'aboutissement de la réflexion poétologique de Benn est la conférence de Marbourg, Probleme der Lyrik (1951), qui fut accueillie comme l'art poétique de ce temps. Les thèmes majeurs en sont l'autonomie totale du poème (« une vie en soi »), son caractère « monologique », le mystère et la magie du Mot, et la « fascination » du « montage ». Ce sont les Poèmes statiques (Statische Gedichte, 1948), écrits à partir du milieu des années trente, qui répondent le mieux à cette définition. Les autres recueils de la dernière période sont Trunkene Flut (1949), Fragmente (1951), Destillationen (1953), Aprèslude (1955). La première publication de Benn, Morgue et autres poèmes, avait marqué dès 1912 les limites de l'horreur expressionniste. Les recueils suivants, Fleisch (1917), Schutt (1924), Betäubung (1925), Spaltung (1925), témoigneront de la recherche de l'élémentaire dans l'ivresse et le mythe, puis de l'emprise croissante de la réflexion poétologique.

Fils de pasteur, médecin formé aux disciplines de la science et de la philosophie, Gottfried Benn s'est à juste titre enorgueilli d'appartenir à une grande tradition de l'esprit allemand. Mais sa biographie reste assombrie par son adhésion éphémère au national-socialisme, dans lequel il crut discerner une « nouvelle anthropologie idéaliste » ; le document essentiel en est le discours radiophonique du 24 avril 1933, Le Nouvel État et les intellectuels. Sa Réponse aux littérateurs émigrés est une réaction brutale et cynique aux reproches consternés de son jeune admirateur Klaus Mann. Vite effaré devant la réalité du pouvoir nazi, Benn recouvre son indépendance d'esprit et en assume les conséquences : abandon de la médecine libérale (1934) et réintégration dans l'armée, « forme aristocratique de l'émigration » (1935). Il sera bientôt exclu de la Chambre des écrivains, avec interdiction de publier (1938). Doppelleben (1950) rend compte avec lucidité de cet itinéraire difficile. À la fin des années quarante s'amorce le retour à la notoriété, qui deviendra considérable. Dans une vie intellectuelle longtemps étouffée, Benn apporte le souffle de la modernité poétique et la vigueur d'une pensée incisive ; son pessimisme à présent teinté de sentimentalité rencontre l'esprit du temps : la restauration adénauérienne y trouve le reflet de son désenchantement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Nancy II

Classification

Autres références

«  BENN GOTTFRIED (1886-1956)  » est également traité dans :

EXPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jérôme BINDÉ, 
  • Lotte H. EISNER, 
  • Lionel RICHARD
  •  • 12 597 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Pour un homme nouveau »  : […] Les invocations à l'âme, à l'esprit reviennent avec insistance dans beaucoup de textes de l'époque. Comment les comprendre ? D'une part, le réel avilissant, écrasant, est nié au profit de l'imagination, de l'émotion ou de l'exaltation lyrique. D'autre part, dans cette négation même, la volonté de régénération de l'homme est affirmée, l'avènement d'un homme nouveau est annoncé. Dès le début, deux a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rémy COLOMBAT, « BENN GOTTFRIED - (1886-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-benn/