GRÈS GERMAINE CZEREFKOV dite (1910-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jeune fille, Germaine Krebs a une vocation de sculpteur, mais s'oriente vers la couture et, surtout, conçoit des « toiles » (des prototypes de robes) pour les commissionnaires qui exportent des modèles en Europe et, plus encore, aux États-Unis. Elle travaille en particulier pour la maison Premet, puis ouvre un atelier de couture sous le nom d'Alix Barton (elle est associée alors avec la couturière Julie Barton), dans un petit appartement, et exécute toutes ses toiles elle-même. Ses premières tenues remarquées sont des vêtements de sport et des manteaux d'une grande simplicité. Transportant sa maison de couture au 83, rue Saint-Honoré, au début de 1934, elle est désormais connue sous son seul prénom d'emprunt, Alix. D'un caractère ardent, concentré, elle a la réputation de dédaigner les mondanités et d'être indifférente à ce que font les autres couturiers.

Dès 1934, elle lance la mode hawaiienne pour la plage ; mais elle consacre principalement ses efforts à maîtriser la science du drapé, réalisant des exercices de style dont la perfection est célèbre. Son art dans la répartition des drapés, libres ou retenus, en fin jersey de soie, spécialement tissé pour elle, lui permet de créer des robes du soir inspirées de l'Antiquité. Un observateur a dit justement qu'on trouve dans les robes conçues par elle « le respect de la féminité, la stricte architecture des lignes, la difficile économie de moyens, la dignité des attitudes et, paradoxalement, l'instinct du désir ». Alix propose des robes et des manteaux inspirés d'un certain exotisme, comme le manteau-burnous, ou les fourreaux étroitement fuselés, empruntés à l'Égypte ancienne, mais elle participe également au courant lyrique qui, à la fin des années 1930, met à la mode les robes du soir aux jupes évasées en corolle.

Au début de la guerre, elle ouvre un nouveau salon de couture, rue de la Paix (1941). Faisant une anagramme du prénom de son mari, le peintre russe Serge Czerefkov, elle baptise sa maison « Grès » ; sa première collection, présentée pendant l'occupation allemande, lui vaut de graves difficultés : elle y mon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « GRÈS GERMAINE CZEREFKOV dite (1910-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-gres/