THIERRY D'ARGENLIEU GEORGES LOUIS (1889-1964) amiral français

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Officier de marine, Thierry d'Argenlieu quitte la flotte pour entrer chez les Carmes (il reçoit en religion le nom de Louis de la Trinité) dont il devait devenir provincial pour la région parisienne. Il publie alors des articles de spiritualité fort appréciés dans Études carmélitaines. Mobilisé en 1939, d'Argenlieu rallie la France libre dès juillet 1940. Blessé devant Dakar, il devient haut commissaire pour le Pacifique (1941), puis inspecteur général des forces navales. En septembre 1945, le général de Gaulle le nomme gouverneur général et commandant en chef en Indochine. Le gouvernement français cherche, non sans équivoque, à définir une Union française qui n'a pas encore pour tous le même sens. Pour Thierry d'Argenlieu, l'objectif est bien de rétablir la domination française sous des apparences nouvelles. Attaché à l'ordre traditionnel des notables, il s'oppose au général Leclerc et à Jean Sainteny qui, au Tonkin, tentent d'établir un dialogue avec les représentants des jeunes nationalistes. Opposé à l'accord du 6 mars 1946 reconnaissant la république du Vietnam, il sera l'un des artisans de l'échec de la Conférence de Fontainebleau avec Hô Chi Minh. À partir de novembre 1946, l'enchaînement de la violence va conduire à la guerre d'Indochine. L'amiral Thierry d'Argenlieu est rappelé en France en 1947 et rentre alors dans la vie religieuse.

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  THIERRY D'ARGENLIEU GEORGES LOUIS (1889-1964) amiral français  » est également traité dans :

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 526 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « À la croisée des chemins »  : […] Le nouveau gouvernement espérait beaucoup des États-Unis, dont l'anticolonialisme et la puissance lui paraissaient la meilleure garantie possible contre un rétablissement de la domination française ou une mainmise chinoise, et aussi pour le développement économique ultérieur du Vietnam. Mais Washington, comme Londres, Moscou et Chongqing, venait en août de confirmer la souveraineté française sur l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « THIERRY D'ARGENLIEU GEORGES LOUIS (1889-1964) amiral français », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-louis-thierry-d-argenlieu/