ARNAUD GEORGES-JEAN (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Georges-Jean Arnaud est encore étudiant lorsqu'il écrit son premier manuscrit, Ne tirez pas sur l'inspecteur. Il l'adresse au secrétariat du Prix du Quai des Orfèvres et remporte le prix (1952). Pour le publier, il utilise le pseudonyme de Saint-Gilles (son village natal dans le Gard) car à l'époque, un autre Georges Arnaud (de son vrai nom Henri Girard) connaît un franc succès avec Le Salaire de la peur. Surveillant de lycée, G.-J. Arnaud publie une dizaine de titres dans les années qui suivent. À partir de 1960, il se consacre entièrement à l'écriture et reprend son vrai nom. S'il est un romancier qui puisse mériter l'appellation de « populaire », c'est bien lui. Prolifique (quatre cents volumes publiés), il s'est essayé à tous les genres : policier, espionnage, aventures, fantastique, policier historique, angoisse, science-fiction, érotisme, et même, à partir des années 1990, ouvrages historiques sur Toulon (Port Galère) et sur ses ancêtres occitans (Les Oranges de la mer).

À ses débuts, l'influence de Georges Simenon est perceptible. Arnaud va s'en dégager rapidement pour construire une œuvre originale, au ton novateur. S'il juge lui-même ses premiers romans policiers « comme des constructions astucieuses avec des implications psychologiques et des situations pittoresques », à partir de 1965, les choses changent. Le regard qu'il porte sur la société française devient plus critique. Cette implication politique et sociale confère à l'œuvre sa force et son originalité. « Une œuvre d'humeur », précise le romancier. Il sait trousser avec punch le roman d'action (Ronde funèbre, Les Détrousseurs, Les Longs manteaux), mais adore surtout prendre pour personnages des individus ordinaires plongés involontairement dans des situations qui les dépassent. De ces confrontations naît inévitablement un suspense et une atmosphère angoissante qui est devenue une spécialité du romancier. Il a abordé des thèmes classiques comme le meurtre à l'assurance (Profil de mort), à l'héritage (La Tribu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Claude MESPLÈDE, « ARNAUD GEORGES-JEAN (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-jean-arnaud/