RICKEY GEORGE (1907-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le sculpteur George Rickey est né aux États-Unis à South Bend dans l'Indiana le 6 juin 1907. Il accomplit ses études en Grande-Bretagne à la Ruskin School of Drawing d'Oxford, avant de se rendre à Paris, où il fréquentera en 1929-1930 l'atelier d'André Lhote, puis l'Académie moderne, où il aura Fernand Léger comme professeur. George Rickey commence alors une carrière de peintre qu'il poursuit entre Paris, l'Allemagne et les États-Unis jusqu'à la guerre. Mobilisé en 1942, il apprendra la technique de la soudure et révélera dans cette circonstance ses dons pour la mécanique. Il devient sculpteur et réalise dès 1945 un premier mobile qui reflète directement la marque d'Alexander Calder. À ce moment, grâce à la bourse dont il dispose comme de nombreux soldats américains démobilisés, le G.I.'s Bill, il complète sa formation à l'Institute of Fine Arts de New York, puis à l'Institute of Design de Chicago.

Il se libère de toute influence à partir de 1953. Son vocabulaire est désormais constitué de formes géométriques réunies par des tiges et son art appartient très clairement au constructivisme, comme le montre Diptych. The Seasons (1956) avec ses plans colorés suspendus dans l'espace qui se meuvent lentement au gré de l'air.

George Rickey élabore ensuite un monde de formes très variées grâce à un système savant de contrepoids et d'articulations très élaborées qui témoignent de la perfection de son savoir-faire dans le domaine mécanique (Lumina III, 1967). Ses mobiles suspendus, posés au sol ou accrochés à une paroi à la façon d'un relief, sont pratiquement tous exécutés en acier inoxydable, celui-ci étant poli afin de permettre une animation vivante des surfaces. George Rickey travaille principalement avec des tiges longues et très effilées qu'il assemble en de multiples combinaisons (Peristyle III, 1966) ou encore avec des plans rectangulaires ou carrés (Two Planes Vertical Horizontal, 1968-1969). Installées à l'extérieur dans la ville, comme au centre de Rotterdam par exemple (Two Rectangles Vertical Giratory, 1969) ou dans la nature, comme il a su les implanter dans sa propriété d'East Chatham, dans l'État de New York, dressées parmi les arbres, au sol au bord des chemins ou au milieu de l'eau, ces œuvres entretiennent avec l'espace une parfaite harmonie.

De ce fait, George Rickey a reçu de nombreuses commandes pour des œuvres monumentales en Amérique, aux Pays-Bas, en Suisse et en particulier en Allemagne, pays dans lequel il a résidé de 1967 à 1992. L'un de ses mobiles est installé à Berlin sur la terrasse de la Nationalgalerie. Son œuvre, important et varié, a été reconnu grâce à de nombreuses expositions personnelles et collectives, dès 1964 à la Documenta III de Kassel en particulier, et se trouve bien représenté dans un grand nombre de musées américains, néerlandais et allemands, notamment à la Berlinische Galerie de Berlin, à laquelle l'artiste a consenti une importante donation. George Rickey n'a jamais été remarqué en France, sauf à Grenoble, où le musée lui a passé la commande d'une sculpture monumentale intitulée Conversation, qui a été installée en plein air en 1991.

Connu de tous les artistes, profondément humaniste, George Rickey a eu dans le même temps une importante activité de théoricien, d'enseignant et d'historien, son livre Constructivism Origins and Evolution paru en 1967 étant devenu un ouvrage de référence. Il est décédé le 18 juillet 2002 à Saint Paul, Minnesota.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Serge LEMOINE, « RICKEY GEORGE - (1907-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/george-rickey/