EYSKENS GASTON (1905-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique belge, plusieurs fois ministre dans les années 1950 et 1960. Issu de la petite bourgeoisie campinoise – son père était délégué commercial d'une firme de textiles fondée par son oncle –, Gaston Eyskens entame en 1931 une carrière professorale à l'université catholique de Louvain, où il enseignera l'économie politique pendant près de quarante-cinq ans et innovera en accordant une place importante aux problématiques et politiques régionales ; simultanément, il fréquente les cercles flamingants les plus actifs dans la jeunesse universitaire. Cofondateur de l'hebdomadaire Nieuw Vlaanderen en 1934, il est en 1935 un des négociateurs de l'accord passé entre catholiques flamands et nationalistes flamands en vue d'instaurer un régime fédéral en Belgique.

Élu député catholique de Louvain en 1939, il est ministre (aux Finances) pour la première fois en 1945, pour quelques mois, et retrouve le même poste en 1947-1949, dans une coalition avec les socialistes où il est le chef de file des sociaux-chrétiens. Il devient pour la première fois Premier ministre, à la tête d'une coalition avec les libéraux, en 1949-1950.

Tenu en suspicion par son propre parti après le dénouement de la question royale en 1950, il revient en force en 1958 dans une campagne électorale sociale-chrétienne pour un « plan clé » auquel son nom est étroitement associé. Alors qu'on lui prête une nette préférence pour une alliance avec les socialistes, il devient Premier ministre d'abord d'un gouvernement social-chrétien homogène (qui est minoritaire dans une des deux Chambres) puis d'un gouvernement de coalition avec les libéraux, qui est au pouvoir lors de l'application du pacte scolaire négocié entre les trois grands partis nationaux, lors de l'accession du Congo à l'indépendance et lors de la grande grève de l'hiver de 1960-1961 menée contre le projet gouvernemental de « loi unique ». Très réservé à l'égard de la coalition suivante, le gouvernement Lefèvre-Spaak, dit « travailliste » (1961-1965), il redevient ministre des Finances en 1965-1966, le temps de qualifier le budget de l'État de « t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : président-directeur général du Centre de recherche et d'information sociopolitiques, Bruxelles

Classification


Autres références

«  EYSKENS GASTON (1905-1988)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le néo-capitalisme »  : […] Grâce à une infrastructure industrielle quasiment intacte, à un assainissement monétaire vigoureux (1944), aux revenus de la production d'uranium du Congo, aux services rendus par le port d'Anvers aux armées alliées à la fin de la guerre et après, au démarrage de la production de charbon, au plan Marshall et à la collaboration économique dans le ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_95341

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 984 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Trois années décisives  »  : […] Autour de 1960 se produisent à un rythme rapide et dans divers domaines des événements et évolutions de grande portée pour le royaume. Le 25 novembre 1958, les dirigeants des trois grands partis (social-chrétien, socialiste et libéral) signent un important accord de compromis politique, le Pacte scolaire, et mettent ainsi un terme à l'affrontement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-la-periode-contemporaine/#i_95341

Pour citer l’article

Xavier MABILLE, « EYSKENS GASTON - (1905-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-eyskens/