GAO MING [KAO MING] (XIVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né au Zhejiang dans une famille qui se tient à l'écart de la vie politique, Gao Ming décide de passer des examens pour sortir de la misère. Licencié vers quarante ans, il occupe divers postes administratifs peu importants, participe à la répression, dans le Zhejiang, d'une insurrection dirigée par Fan Guozhen, chef d'une bande de marins et de pirates, qui se ralliera plus tard aux Mongols. Définitivement retiré de la vie publique en 1356, il se consacre à la composition des quarante-deux scènes de La Guitare (Pipa ji), la seule œuvre conservée, outre une cinquantaine de poèmes. Pipa ji (traduit en français par Bazin en 1841, sous le titre L'Histoire du luth) sera considérée par le public et la critique comme le chef-d'œuvre du théâtre du Sud, ancêtre du kunqu. La pièce fut l'objet d'un mois de débats à Pékin en 1956, réunissant de nombreux intellectuels et dramaturges. Son sujet est fréquemment utilisé dans la littérature populaire des Song et des Yuan : Cai Yong quitte sa femme, Wuniang, et ses parents pour aller passer des examens à la capitale. Reçu premier, il est contraint, par pression politique, d'épouser la fille du Premier ministre. Malgré tous les soins de Wuniang, ses parents meurent dans la misère. Wuniang vend ses cheveux pour leur assurer un enterrement décent et part à la recherche de son époux, jouant de la guitare pour gagner sa vie. Elle le retrouve, est acceptée par sa deuxième femme et l'empereur l'anoblit. Le personnage de Cai Yong est conçu pour inspirer de la sympathie, ce qui était une nouveauté, de même que la construction dramatique : l'action progresse en deux lieux isolés l'un de l'autre, même quand ils sont localisés sur la scène, l'absence de décors rendant possible et fructueuse cette convention. La qualité de la langue, très proche de la langue parlée, est remarquable dans cette œuvre écrite sur le thème confucéen de la piété filiale.

—  François VEAUX

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

François VEAUX, « GAO MING [KAO MING] (XIVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gao-ming-kao-ming/